Le télétravail est-il plus écologique que le travail au bureau ?

0
31
télétravail plus écologique

Une étude de l’ADEME sortie pendant l’été 2020 fait ressortir que la généralisation du télétravail permettrait de réduire sensiblement les gaz à effet de serre. A l’inverse, la multiplication des ordinateurs portables pourrait avoir des effets conséquents sur l’environnement. Décryptage.

Réduction des émissions de gaz à effet de serre : l’impact positif du télétravail

Le télétravail contribue, selon l’ADEME, à la réduction de l’empreinte carbone des salariés. Selon un rapport publié en juillet 2020 par l’agence, 4 actifs sur 10 ont télétravaillé lors du premier confinement. Par voie de conséquence, les trajets domicile-travail ont diminué de 93 %, réduisant de près de 70 % l’ensemble des déplacements, et la moyenne des distances kilométriques a été réduite de près de 40 %.

L’ADEME a calculé que si un tiers des actifs adoptaient ponctuellement le télétravail, ce seraient plus de 3 millions de déplacements qui seraient supprimés chaque semaine. Une telle diminution induirait une réduction des émissions de gaz à effet de serre des véhicules de 1,3

embouteillages évités en télétravail

Au sortir du déconfinement, un sondage du Cabinet 6T, démontrait que plus de 7 actifs sur 10 se disaient prêts à poursuivre l’expérience du télétravail. 60 % d’entre eux ont particulièrement goûté la diminution du stress induite par le travail à la maison. Ils ont aussi repris goût à la cuisine, diminuant d’autant le gaspillage alimentaire. %. L’agence en a d’ailleurs fait l’un des axes de sa stratégie « Transports et Mobilité 2020-2023, au service de la transition écologique et solidaires ».

Travailler à la maison : les impacts négatifs

Le confinement n’a pas eu que des impacts positifs. Les Français ont aussi augmenté leur recours au commerce en ligne. Plus de 7 Français sur 10 y ont eu recours le temps du confinement et plus d’un tiers des personnes qui n’avaient jamais commandé en ligne l’ont fait pendant cette période.

télétravail impact environnement

Les achats en ligne ne représentent pour l’instant que 10 % des achats mais leur chiffre croît régulièrement. Or les achats en ligne augmentent l’impact environnemental :

  • emballages,
  • logistique,
  • surconsommation,
  • numérique.

Le numérique est d’ailleurs à l’origine de l’un des impacts négatifs les plus importants du télétravail. Les déchets électroniques se montent à plus de 50 méga tonnes annuelles, l’équivalent d’un millier d’ordinateurs portables à chaque seconde. L’adoption du télétravail ne peut qu’augmenter ce volume de façon considérable, pour équiper chaque actif en télétravail.

Selon une étude BNP Paribas 3 Step IT, 20 à 30 % des ordinateurs de bureau deviendraient obsolètes d’ici un an, s’ajoutant aux méga tonnes déjà jetées chaque année. Or, même si 46 % des entreprises françaises évaluent leur empreinte carbone, la majorité d’entre elles n’ont défini aucune stratégie de gestion de leurs déchets électroniques. Dès lors, les ordinateurs anciens délaissés par les télétravailleurs au profit de nouvelles machines plus performantes et mobiles.

déchets électroniques

La consommation de données est un autre point qui impacte négativement l’environnement. Le trafic Internet a augmenté de près d’un tiers avec le télétravail et le confinement, ce qui ne favorise pas la réduction de la pollution numérique. Les data centers consomment 8 % de toute l’électricité du pays. Un seul d’entre eux consomme l’équivalent de la consommation électrique de 30 000 habitants.

Sources :

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/le-teletravail-un-levier-pour-reduire-les-emissions-polluantes-1220660

https://bnpparibas-3stepit.fr/wp-content/uploads/sites/4/2020/10/BNP-Paribas-3-Step-IT-State-of-Business-IT-2020-report_compressed.pdf