Crise sanitaire et télétravail : les mobilités domicile-travail évoluent

0
83
télétravail et mobilité

Une étude démontre que la crise sanitaire est la cause de mutations durables dans les mobilités. Ces nouveaux réflexes devraient perdurer, et la voiture prendre moins de place dans les déplacements, au profit de l’intermodalité. Les entreprises sont encouragées à accompagner leurs collaborateurs qui voudraient adopter après la crise sanitaire mobilité plus écologique.

Les nouvelles tendances liées à la crise sanitaire : mobilité douce et télétravail

Les trajets domicile-travail concernent, en France, pas moins de 24 millions d’actifs. La crise sanitaire a complètement bousculé leur organisation quotidienne de travail. Les principaux changements touchent surtout les modes de déplacement et le télétravail.

L’étude de Worklife publiée début décembre relève que près de la moitié des salariés des grandes villes pratiquent le télétravail au moins un jour par semaine. Ceux-là sont près d’un tiers à vouloir poursuivre le télétravail plusieurs jours par semaine et 60 % d’entre eux aimeraient continuer de télétravailler de façon durable.

crise sanitaire mobilités

Le télétravail a un impact sur les déplacements des salariés qui ont, pour un tiers, changé leur mode de déplacement. Les transports en commun étaient le mode de transport le plus couru avant la crise sanitaire. Ils ont été nettement délaissés depuis le confinement. La moitié des salariés ont indiqué qu’ils réduiraient durablement leur usage des métros et RER au profit de moyens de transport, malgré tout, éco-responsables, comme le vélo.

Les entreprises sensibilisées à l’accompagnement de ces évolutions de mobilités

Dans leur majorité, les Français sont concernés par l’écologie. Malgré tout, 40 % d’entre eux prennent leur voiture pour aller travailler depuis l’émergence du Covid-19. Les entreprises n’ont pas en effet mis en place des alternatives à la voiture.

Le Forfait Mobilité Durable, créé par le Gouvernement pour accompagner les entreprises privées et leurs salariés, est inconnu de près de 9 salariés sur 10. Il devait pourtant permettre aux entreprises d’accompagner financièrement des moyens de transport plus durables, grâce à une exonération, par salarié, de 400 euros par an.

Pourtant, les salariés se disent prêts, à 72 %, à remplacer leur voiture par des modes de transports plus éco-responsables : covoiturage, vélo, rollers, trottinette, marche à pied, etc.). Ce serait l’occasion pour les employeurs privés, de réduire leurs coûts tout en faisant preuve de responsabilité environnementale et sociale.

vélo mobilités douces

La mobilité durable, un enjeu majeur pour les entreprises

En tout état de cause, ils devront intégrer le concept de mobilité durable dans les négociations avec les salariés, pour se conformer à la loi Orientation des Mobilités. Plusieurs plateformes proposent des solutions pour aider les entreprises à mettre en place le Forfait Mobilité Durable.

Certaines d’entre elles, comme celle proposée par Worklife, combinent à la fois le FMD et le remboursement des titres de transports, autre dispositif mis en place pour une mobilité plus durable. Cette solution est gagnante pour les entreprises qui réalisent leurs obligations environnementales et pour les salariés télétravailleurs qui peuvent payer des trajets à l’unité moins chers qu’un forfait mensuel. Crise sanitaire et mobilité durable sont peut être liées.

Lire aussi “Mobilité durable : changer les comportements passe aussi par l’entreprise

PARTAGER
Article précédentLe télétravail est-il plus écologique que le travail au bureau ?
Article suivantConnaissez-vous le prêt entre particuliers ?
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.