La Suisse, fer de lance de la mobilité à hydrogène

0
hydrogène

Un équipement de production d’hydrogène à but commercial va bientôt être construite en Suisse, à Gösgen, tout près d’une centrale hydroélectrique. L’hydrogène produite permettra, à terme, de fournir des poids lourds fonctionnant à l’énergie hydraulique.

Décarboner les poids lourds

Le transport routier est un poste d’émission de carbone très important. Permettre aux poids lourds de rouler avec une énergie renouvelable représente un fort enjeu en termes de mobilité durable. En cela, équiper des poids lourds électriques de piles à hydrogène aboutira à décarboniser les camions.

transport routier hydrogène

Pour une décarbonisation complète, la production de l’hydrogène nécessaire doit se faire grâce aux énergies renouvelables. Le projet d’usine d’hydrogène de la société Hydrospider sera sans doute la plus grande entreprise de la sorte en Suisse.

Sa situation proche de l’usine hydroélectrique de Gösgen n’est pas anodine. L’hydrogène produite par l’installation de Gösgen proviendra essentiellement de l’énergie hydraulique fournie par la centrale voisine.

Des camions à pile hydrogène

A la fin de l’année, c’est une cinquantaine de camions qui circulera avec l’hydrogène de Gösgen. L’intérêt de cette technologie est essentiellement écologique. Les poids lourds qui utilisent cette énergie n’émettront pas de gaz à effet de serre et très peu de polluants, contrairement aux camions roulant au diésel.

Autre avantage de la pile à hydrogène pour faire fonctionner des camions, les faibles émissions de bruit. Ces camions peuvent ainsi circuler en ville sans risquer de déranger les riverains. De plus, ils ont une grande autonomie, quasi identique à celle des poids lourds diésel et leur charge utile n’est pas diminuée.

Les prototypes sont des camions Hyundai. Ils ne représentent qu’une infime partie de la flotte des 1600 poids lourds que la société coréenne envisage de sortir d’ici 2025.

De l’hydrogène en France aussi

La France n’est pas en reste, puisque plusieurs projets d’usines d’hydrogène sont en cours. Une société Vitryate, associée à Centrale Supélec, vient de mettre au point un procédé de production d’hydrogène basé sur la thermolyse de biomasse (déchets forestiers et agricoles) et de gazéification. Une usine sera construite à Strasbourg d’ici 2021 pour produire 216 tonnes annuelles. Elle produira, au début, une centaine de tonnes par an, de quoi fournir la société de transport urbain strasbourgeoise (une trentaine de véhicules). Le processus aboutit à une production d’hydrogène à prix très compétitif.

hydrogène vert biomasse

Autre projet très intéressant, celui de deux usines de production d’hydrogène vert, dans le Nord et en Seine-Maritime. L’hydrogène vert se substituera à l’hydrogène gris, qui dégage énormément de carbone. L’objectif de la société est de fournir un carburant qui non seulement n’émet pas de CO2 mais, de plus, utilise de l’énergie renouvelable pour sa production.

PARTAGER SUR
Article précédentLabel « écotable », pour des restaurants éco-responsables
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.