Faire évoluer sa mobilité pour gagner du pouvoir d’achat

0
59
micro mobilité et pouvoir d'achat

Le prix des carburants qui augmente, les réparations plus chères, du côté de la voiture aussi, le pouvoir des Français est atteint. Ils dépensaient déjà 4 732 euros chaque année pour leur voiture en 2018, qu’en sera-t-il en 2022 ? A la recherche de nouveaux moyens de déplacement moins chers, ils découvrent la micro mobilité, qui pourrait bien venir au secours de leurs finances.

La micro mobilité, kézaco ?

A défaut de trouver une voiture mini prix, les Français se tournent vers la micro mobilité. Il s’agit de tous les mini véhicules une roue ou deux roues, électriques dans la plupart des cas :

  • vélo à assistance électrique,
  • trottinette, électrique ou non,
  • monoroue,
  • hover board, etc.

Tous ces mini véhicules individuels, compacts et souvent portatifs, permettent de se déplacer plus rapidement et avec moins de fatigue qu’à pied. Ces engins, reconnus par la loi comme « engins de déplacement motorisés », ne dépassent généralement pas les 25 km/h.

trottinettes électriques micro mobilité

Les avantages de la micro mobilité

L’avantage financier n’est pas le moindre. L’achat des voitures neuves coûte cher, de 20 000 à 40 000 euros pour une voiture moyenne. Cela représente plus du tiers des dépenses des ménages liées à la voiture. Or il est possible d’acheter un engin de micro mobilité pour moins de 1 000 euros. Il est d’ailleurs fréquent que les vélos électriques et autres trottinettes soient loués et non achetés. Le coût moyen est alors de 5 euros pour une demi-heure.

Ces micro véhicules peuvent bénéficier d’une aide de l’Etat ou des collectivités. Les employeurs peuvent aussi les mettre à la disposition de leurs salariés ou prendre à leur charge les frais liés à travers le « forfait mobilités durables ».

L’entretien coûte également bien moins cher que celui d’une voiture :

  • pas de frais de carburant,
  • pas de frais de stationnement,
  • coût d’assurance 5 à 6 fois moins élevé.

Hormis la question du coût, et donc du pouvoir d’achat, les véhicules de micro mobilité présentent d’autres avantages Très maniables, ils font gagner du temps. Ils permettent de parcourir des petits trajets (moins de 40 kilomètres) et sont facilement transportables dans les transports en commun.

vélo intermodalité

Ils se rechargent partout, sur une simple prise électrique. La batterie est entière chargée en quelques heures, pendant les horaires de travail.

Gain de pouvoir d’achat, perte d’autonomie ?

L’une des critiques les plus courantes à propos des engins de micro mobilité réside dans leur autonomie.

S’il est effectivement facile de se déplacer en ville, cela devient plus compliqué lorsqu’il faut aller d’une ville à l’autre. Avec une autonomie maximale de 40 kilomètres, il faudrait plusieurs jours pour rallier Lyon depuis Paris. Mis à part quelques cyclistes/cyclotouristes invétérés capables de réaliser cet exploit pour le sport ou pour le plaisir, il faut bien reconnaître que cela relève de l’utopie.

Cependant, la facilité de transport de la plupart de ces véhicules permet de réaliser des déplacements longs en utilisant l’intermodalité :

  • train,
  • bus,
  • covoiturage.

Il est ensuite facile de se déplacer sur son lieu de vacances, dans un rayon de 20 à 40 kilomètres. Le budget transport des vacances reste alors plus que raisonnable.

vacances en vélo

Lire aussi « Comment vivre à la campagne sans voiture »

Quelques conseils pour circuler en toute sécurité

Pour circuler en toute sécurité tout en respectant les autres usagers de la route ou des trottoirs, il est nécessaire de connaître les règles :

  • emprunter les voies cyclables au-delà de 5-6 km/h,
  • prendre les trottoirs et les passages piétons en-dessous de cette vitesse,
  • utiliser les voies vertes chaque fois que possible (sous réserve du respect des règles),
  • disposer d’une assurance responsabilité,
  • porter des vêtements réfléchissants,
  • porter un casque et des protections.

Nous conseillons en outre de bien s’entraîner à l’usage du véhicule de micro mobilité. Si ces engins sont très maniables une fois maîtrisés, ils peuvent être difficiles à prendre en main au début. Un petit entraînement dans différentes conditions est indispensable pour bien maîtriser son véhicule, ce qui est obligatoire lorsqu’on circule sur route.

Enfin, qu’il s’agisse des vélos, des trottinettes ou des hover boards, tout engin circulant sur la route doit respecter le Code de la route : marquer les feux rouges, maîtriser son véhicule, etc. A défaut, son conducteur est passible d’une contravention.

Sources :

http://www.adetec-deplacements.com/cout-reel-voiture-2018-5pages-ADETEC.pdf

https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F33808

PARTAGER
Article précédent4 bonnes raisons de penser que les plantes sont intelligentes
Article suivantLe guide GreenPeace pour des vacances écologiques
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.