4 bonnes raisons de penser que les plantes sont intelligentes

0
112
intelligence des plantes

De prime abord, l’absence de cerveau chez les plantes laisse croire qu’elles n’ont pas d’intelligence. Pourtant, il suffit de voir comment les plantes s’adaptent à leur environnement et adoptent des stratégies de survie pour se rendre compte qu’elles ne sont pas si bêtes. Voici donc 4 bonnes raisons de penser que les plantes sont intelligentes, plus qu’il n’y paraît.

Raison n° 1 de penser que les plantes sont intelligentes : la communication

Les études prouvent que les plantes sont capables de communiquer entre elles pour se défendre de leurs prédateurs.

Des chercheurs anglais de l’université de Bristol ont démontré que les végétaux communiquent entre eux de façon sonore mais quasi inaudible à l’oreille humaine. Certaines plantes comme le maïs émettraient lorsqu’elles poussent des sortes de « cliquetis » depuis leurs racines. Or en reproduisant ces bruits artificiellement, ils ont remarqué que les végétaux dirigeaient leurs racines vers ces bruits.

D’autres chercheurs de l’université de Exeter ont prouvé que les plantes sont intelligentes car elles communiquent chimiquement entre elles. Ainsi, des plantes comme les choux seraient capables d’émettre un composé volatile pour signaler à leurs congénères la présence de chenilles.

stratégie défense plante

Ces composés chimiques peuvent d’ailleurs être mortels pour les animaux. Ainsi, en Afrique du Sud, plusieurs centaines de koudous ont été anéanties par le tanin des feuilles d’acacias qu’ils broutaient. Cette teneur anormale en tanin semble avoir constitué une communication chimique de défense entre les arbres.

Raison n° 2 de croire en l’intelligence des plantes : elles ont de la mémoire

Cela peut paraître surprenant, mais les plantes ont effectivement une mémoire qui leur permet d’apprendre et de conserver des informations sur le long terme.

Ainsi, le mimosa pudica, également connu sous le nom de sensitive, a la particularité de réagir au toucher en repliant ses feuilles. Il s’agit d’un mécanisme de défense qui se développe lorsque la plante se sent attaquée, que ce soit par des doigts humains, par des insectes et autres parasites et même par une simple goutte de pluie.

Mais ce qu’il est intéressant de savoir, c’est que si elle est souvent en contact avec un même type de « danger », elle finit par arrêter de replier ses feuilles, mémorisant l’absence de danger. Il en va ainsi de la pluie ; en une journée, la plante intelligente apprend que la pluie n’est pas un danger pour elle et elle cesse de replier ses feuilles. Le plus étonnant, c’est que cette absence de danger de la pluie reste conservée dans la mémoire de la plante ; si on la remet sous la pluie, même après plusieurs années sans contact avec la pluie, elle ne replie plus ses feuilles, ayant appris par le passé et conservé en mémoire cette information que la pluie n’est pas un danger.

Selon des chercheurs de l’université de Cambridge, cette mémoire tiendrait son siège dans les protéines de la plante qui, on le sait, ne possède ni neurones, ni cerveau. Plus intéressant encore, la plante est capable de transmettre les informations mémorisées à ses rejetons.

Raison n° 3 : la proprioception des plantes intelligentes

Des chercheurs de l’INRAE ont prouvé que les plantes sont intelligentes, bien que non dotées d’un cerveau. Elles ont la capacité de se situer dans leur environnement et de réagir à ses modifications.

Les propriocepteurs sont des sortes de capteurs sensoriels qui permettent à la plante de ressentir la gravité terrestre et d’être consciente de sa propre forme. Grâce à la proprioception, les plantes peuvent demeurer bien droites malgré la force variable du vent et conserver leur équilibre sans s’écraser sous le poids des feuilles en corrigeant leur posture.

C’est ainsi que les blés élèvent leurs épis vers le ciel, que les troncs des arbres restent bien droits. Les chercheurs étudient comment cette proprioception pourrait jouer dans la résilience climatique notamment.

Raison n° 4 : les plantes sont intelligentes car elles développent des stratégies

L’intelligence des plantes leur permet de développer différentes stratégies, notamment des stratégies de chasse chez les plantes carnivores. Prenons par exemple les Droséras : elles sécrètent une substance qui prend la forme de minuscules gouttes de rosée… sur lesquelles viennent s’engluer les insectes. Une fois piégés, ceux-ci sont alors enveloppés par de petits tentacules qui les dirigent vers les glandes digestives.

les plantes sont intelligentes

De la même façon, les plantes se défendent contre leurs prédateurs en développant des stratégies de défense. Certaines plantes envoient des signaux chimiques pour attirer un prédateur capable de détruire celui qui l’attaque : le haricot attire ainsi les insectes capables d’éliminer les pucerons qui les attaquent.

Il ne fait aucun doute que les plantes ont développé une sorte d’intelligence qui, sans être semblable à celle de l’homme ou de l’animal, leur permet de survivre plus facilement et de mieux s’adapter à leur environnement.