Viande artificielle au menu, faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?

0
11
viande hachée artificielle consofutur

D’un côté, l’élevage d’animaux de consommation impacte fortement l’environnement. D’un autre côté, la nourriture industrielle n’est pas réputée saine pour nos organismes. Alors que doit-on penser de la viande artificielle et peut-on l’ajouter à notre alimentation sans danger pour notre santé ?

Viande artificielle, de quoi s’agit-il ?

La viande artificielle a été créée en laboratoire par un professeur en physiologie hollandais, Mark Post, en 2013. L’opération se passe en trois étapes.

Dans un premier temps, on prélève, sur des animaux, des cellules souches du muscle puis, dans un second temps, on les place dans un milieu qui favorise leur développement à l’identique de l’organisme animal. Là, les cellules souches se différencient en myoblastes (cellules musculaires) qui grandissent en myotubes (fibres musculaires).

viande in vitro

Dans un troisième temps, ces myotubes sont mis dans un gel où ils grossissent pour se transformer en tissu musculaire. Le processus de création de la viande artificielle* prend 44 jours en moyenne selon qu’il s’agisse de bœuf, de poulet, etc.

*Source Wikipédia

10 euros le steak in vitro

Mark Post a présenté en grandes pompes son premier steak in vitro en 2013, à Londres. Cette première viande cultivée en laboratoire a coûté plus de 45 000 euros, financés par le cofondateur de Google, Sergey Brin. Elle a débouché sur la création d’une startup, Mosa Meat, qui a développé le process. Les premiers steaks artificiels pourraient sortir d’usine en 2021.

Le prix en serait sans doute élevé dans un premier temps, de l’ordre de 10 euros le steak. Mais la startup ambitionne de populariser son produit en le vendant moins cher qu’un steak de bœuf. D’autres compagnies se développent pour aboutir au même résultat, comme Memphis Meats, soutenue par Bill Gates, ou Aleph Farms, qui utilise l’impression 3D.

viande artificielle

La viande artificielle est-elle si avantageuse ?

Selon Mark Post, le faux steak pourrait avoir un impact important sur l’environnement et sur la santé. En matière d’environnement, l’élevage traditionnel pourrait être radicalement diminué et contribuer ainsi à la diminution des gaz à effet de serre.

Lire aussi « La viande artificielle, une vraie solution au problème de l’élevage »

Côté santé, la viande in vitro permettra d’éliminer le risque de transmission de maladies infectieuses des animaux aux humains, comme la « vache folle » ou la grippe aviaire.

Pour autant, une étude souligne que la production de viande artificielle attire beaucoup moins d’investissements que l’industrie du steak végétal (900 M$), avec un prix plus de 30 fois supérieur.

De plus, selon de nouvelles études, le coût environnemental serait plus élevé qu’il n’avait été estimé au départ, dès lors que l’on tient compte des GES produits par les infrastructures mises en place pour la production des viandes cellulaires. Quant aux bactéries, elles se développent plus rapidement dans les milieux de culture, enrichis en nutriments. Pour empêcher la contamination, il faut donc mettre en place des processus parfaitement stériles, utilisant notamment les plastiques à usage unique, reconnus pour leur action polluante sur les écosystèmes.

Finalement, l’arrivée des steaks artificiels dans nos assiettes risque de prendre beaucoup de temps.