Des voitures autonomes formées par simulation bientôt sur nos routes ?

0
Voiture-autonome-MIT-CSAIL
© MIT CSAIL

Certains l’ont rêvé, d’autres le réalisent, un système de simulation virtuelle capable de contrôler des voitures autonomes grâce à un panel illimité de situations de conduite, y compris les plus dangereuses. C’est le Vista mis au point par le MIT qui pourrait nous permettre de voir enfin circuler les véhicules autonomes sur les routes.

Des systèmes de conduite par simulation pour améliorer l’intelligence artificielle des voitures autonomes

L’intelligence artificielle des voitures autonomes est fondée sur des informations tout ce qu’il y a de plus humaines. Pour contrôler un véhicule autonome, le système intègre ainsi toutes les situations de conduite qui peuvent être produites par un humain. Seul problème, il n’est pas possible de reproduire les situations de conduite les plus dangereuses car elles mettraient en danger la vie des conducteurs volontaires.

Le simulateur de conduite, au contraire, peut reproduire sans danger toutes les situations de conduite, y compris les plus dangereuses, sans mettre aucune vie en danger, et ainsi disposer d’uns système de contrôle complet.

Lire aussi « L’arrivée des véhicules autonomes bouscule le marché »

Cerise sur le gâteau,  le MIT vient de créer une passerelle qui permet d’intégrer un système de contrôle de véhicule autonome reproduisant toute situation de conduite dans une véhicule qui peut circuler dans les conditions réelles. Le système VISTA (pour Virtual Image Synthesis and Transformation for Autonomy) peut ainsi créer une variation infinie de situations basées sur des trajets qui pourraient être empruntés dans la réalité.

Voitures autonomes : Un contrôleur formé par simulateur et testé dans les conditions du réel

Désormais et pour la première fois, une intelligence artificielle entièrement réalisée en virtuel est mise en situation dans une voiture réelle. Le contrôleur a été configuré uniquement par le simulateur Vista. Il a pu ainsi, grâce à l’apprentissage par renforcement, se « former » à la conduite avec deux pré-requis :

  • ne jamais quitter les voies de circulation,
  • éviter toute collision avec les autres usagers de la route.

Petit à petit et à force d’entraînement, l’intelligence artificielle a appris à conduire et corriger ses erreurs de conduite sur simulateur, sans jamais avoir vu une vraie route, mais en les ayant toutes pratiquées par simulation.

voiture autonome simulation

Ce n’est qu’après un entraînement de 10 000 kilomètres que le contrôleur a été intégré à un véhicule autonome. Le MIT a ainsi pu constater que la voiture équipée de ce système formé par simulation était capable de se déplacer dans des environnements routiers qui n’étaient pas parmi ceux étudiés en simulation.

Le MIT ne compte pas s’arrêter là. Il envisage d’étendre la simulation à toutes les conditions météorologiques sur un trajet unique puis, au fur et à mesure, d’y ajouter des interactions avec les autres usagers plus difficiles. De cette façon, la voiture autonome équipée de ce contrôle serait apte à rouler sur toutes routes, par tous temps et en toutes circonstances sans avoir ni causer d’accident. Le code source du simulateur devrait être publier, autorisant les constructeurs à généraliser ce modèle.

Pour en savoir plus.

PARTAGER SUR
Article précédentRestaurant éco-responsable à Bordeaux
Prochain articleViande artificielle au menu, faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.