Le futur de l’économie collaborative vue par le fondateur de AlloVoisins

0
173
By AlloVoisins - AlloVoisins, CC BY-SA 4.0,

Dans un livre consacré à l’économie collaborative, Edouard Dumortier, fondateur de AlloVoisins, démonte les idées reçues. Pour lui, l’économie collaborative est un changement des modes de consommations. Elle n’est pas une économie de seconde zone et s’impose chaque jour un peu plus. Décryptage de “Le futur de l’économie collaborative” de Edouard Dumortier.

L’économie collaborative change nos modes de consommation

Dans son ouvrage « Le futur de l’économie collaborative », Edouard Dumortier précise « L’économie collaborative ne change pas ce qu’on consomme mais la façon dont on consomme ». La tendance qui se dégage, particulièrement depuis les confinements, porte vers des modes de consommation différents. L’économie collaborative n’incite pas à moins consommer, mais plutôt à mieux consommer. L’usage devient plus important que la propriété.

le futur de l'économie collaborative

D’après lui, le consommateur qui utilise les plateformes collaboratives devient plus responsable. Il bénéficie du modèle vertueux de l’économie collaborative. Il peut tout à la fois obtenir de l’aide en utilisant des services moins chers et proposer lui-même ses services ou ses biens, en contrepartie d’une rémunération ou d’avantages.

La relation gagnant-gagnant instaurée par les plateformes virtuelles est à la base de l’économie collaborative, même si elle est parfois dévoyée. Elle permet d’étendre ses réseaux et de faire de nouvelles rencontres, virtuelles ou non. Les interactions humaines qu’elle génère contribuent au développement de la solidarité.

Une économie de premier plan

Contrairement aux arguments de ses détracteurs, l’économie collaborative n’est pas une économie de seconde zone. Selon le fondateur de AlloVoisins, le constat tiré des crises économiques que les Français ont dû affronter dans les années passées (éclatement de la bulle Internet en 2000, crise des subprimes en 2008) est clair : le pouvoir d’achat des Français a baissé. Ce constat a amené les consommateurs à modifier leurs modes de consommation et à inventer l’économie collaborative.

Qu’il s’agisse de la tondeuse ou de la voiture, la question de l’achat est posée et celui-ci souvent remis en cause :

  • ai-je souvent besoin d’une tondeuse ou d’une voiture,
  • ai-je les moyens de l’acheter,
  • suis-je prêt à alourdir ma facture carbone avec cet achat ?
propriété ou économie collaborative, le futur de l'économie collaborative

Autant de questions auxquelles l’économie collaborative apporte des réponses concrètes. Elle satisfait les besoins du consommateur sans qu’il ait besoin d’en passer par l’achat et la propriété d’un nouveau bien.

Le futur de l’économie collaborative : “pas un effet de mode”

Avant la crise sanitaire, les adversaires de l’économie collaborative considéraient qu’elle ne survivrait pas à l’effet de mode et que les consommateurs reviendraient vite à l’économie réelle, en espèces sonnantes et trébuchantes.

La crise sanitaire et les confinements successifs ont au contraire renforcé ce nouveau mode de consommation. Ils ont fait ressentir de nouveaux besoins aux Français  :

Les plateformes offrant des services de proximité ne se sont jamais autant développées. C’est une véritable vague de fond qui déferle sur la consommation, mise en avant par la crise. Que ce soit pour sauver leurs commerces locaux, pour aider leurs voisins vulnérables ou simplement pour ne pas sortir de chez eux, les Français ont trouvé dans l’économie collaborative les réponses à leurs questions économiques, écologiques et sociales.

Découvrez le livre de Edouard Dumortier “Le futur de l’économie collaborative”, aux Editions Hermann.