Voyager en bus Macron est-il écologiquement soutenable ?

0
795

Depuis que la loi Macron a libéralisé le transport routier collectif, plusieurs sociétés sillonnent le territoire français en laissant leur empreinte carbone sans compter. La question se pose : peut-on voyager écologiquement en bus Macron ?

L’empreinte carbone du voyage en bus

Les comparateurs de prix sont formels, le bus est économiquement plus intéressant que les autres transports (avion, train, voiture). Les comparateurs d’empreinte carbone sont moins favorables au bus, qui se classe après le train, comme tous les autres moyens de transports motorisés.


Nous avons calculé, sur le site de l’ADEME l’empreinte carbone d’un trajet quotidien domicile-travail de 25 km par aller, sur un an :

En TER, le bilan CO² est inférieur à 100 kg ;
En autocar, il est 6 fois plus élevé ;
En voiture, il est plus de 20 fois supérieur…

Notons qu’un bus plein sera toujours plus écologique qu’une voiture ayant à son bord le seul conducteur.

Mais alors, comment voyager plus écologiquement ?

Les compagnies qui initient le transport collectif longue distance en France depuis la loi Macron ont mis en place de tous nouveaux bus modernes, qui respectent les normes européennes €uro 6. C’est un bon début pour voyager écologique.


En vertu du principe « Pollueur – payeur », certains sites proposent de compenser les émissions de CO² par une contribution volontaire qui sera utilisée pour développer un projet écologique : reforestation, énergie renouvelable, etc. Entre voyager moins et se racheter une conduite, le choix va être rapide.

Quelques sites qui proposent la compensation – carbone :

Co2solidaire


ClimatMundi

Eco-Act

Ces sites offrent de faire un bilan carbone rapide, puis proposent de compenser ce bilan par une participation volontaire dont le montant est annoncé à titre indicatif. Cela ne doit pas exonérer d’agir pour faire diminuer son bilan :

Consommer local et bio ;
Manger moins de viande ;
Privilégier les produits à emballage réduit ;
Boire l’eau du robinet ;
Recycler les déchets ;
Délaisser la voiture, etc.

PARTAGER
Article précédentFukushima : tirer les leçons du passé
Article suivantGaspillage alimentaire : les gueules cassées traversent l’Atlantique
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.