Proto habitat, le nouveau logement nomade et écologique

1
91
proto-habitat modulable, nomade et durable

Le pavillon moyen a évolué avec les besoins des Français. Partant de ce constat,  Frédérique Barchelard et Flavien Menu, deux jeunes architectes français, ont imaginé un prototype de logement modulable, durable et vivable.

Le proto-habitat s’adapte aux évolutions de la vie

Les deux architectes, à travers un démonstrateur exposé au Jardin Public de Bordeaux depuis octobre 2020, ont réussi à démontrer que l’habitat pouvait évoluer et s’adapter au mode de vie de ses habitants. Le prototype qu’ils ont créé est non seulement modulable, mais il est aussi « nomade ». Certes, un camion-grue sera nécessaire pour la déménager. Il n’en reste pas moins que cette maison peut suivre ses habitants s’il leur prend l’envie de s’installer dans une autre région. Elle se démonte et se remonte en seulement 5 jours.

Ce proto-habitat, comme Frédérique Barchelard et Flavien Menu l’ont nommé, est également modulable. La famille s’agrandit ? Qu’à cela ne tienne, il suffit d’ajouter un nouveau module pour accueillir le nouveau-né. Le logement qu’ils ont inventé peut s’adapter aux besoins et aux évolutions de la famille. Et dans des temps aussi troublés que ceux que nous connaissons actuellement, c’est une bénédiction :

  • besoin d’un espace supplémentaire pour télétravailler,
  • retour des enfants sans emploi à la maison,
  • changements professionnels récurrents, etc.

Les jeunes architectes se sont plus attachés à rechercher un prototype qui s’adapte à toutes les situations qu’à trouver un nouveau style architectural esthétique. Les blocs modulables qui constituent les pièces de la maison peuvent s’ajouter les uns aux autres pour tenir compte des évolutions de la famille. Le modèle pourrait s’adapter aussi bien au logement individuel qu’au logement collectif ou aux bureaux.

Un logement durable et solide

Le proto-habitat conçu par les deux jeunes gens répond à des critères de durabilité. D’une part, il est conçu en bois, provenant uniquement de la filière bois française et produit dans un rayon de 500 km maximum.

Pin Douglas ou pin maritime, peuplier ou chêne, le proto-habitat est constitué de bois solide. Malgré l’absence de fondations, il peut résister à des coups de vent jusqu’à 160 km/h.

Dans une recherche de meilleure gestion du foncier, le proto-habitat n’entraîne pas d’imperméabilisation du terrain. Il peut s’installer sur de petites surfaces et dès lors qu’il peut s’enlever en quelques jours, il n’est même plus indispensable d’être propriétaire d’un terrain. D’un point de vue économique, ce modèle d’habitat modulable devrait satisfaire de nombreux ménages aux revenus limités ou ne disposant pas d’une capacité d’emprunt suffisante pour acheter un grand terrain et faire construire une maison. Le prototype, d’une surface de 75 mètres carrés au total, n’occupe que 30 mètres carrés au sol.

La commercialisation est lancée au printemps 2021. Le modèle exposé à Bordeaux connaît déjà un franc succès. Le prix du proto-habitat n’est pas encore connu. Gageons qu’il sera aussi économiquement soutenable que sa conception est durable.

PARTAGER
Article précédentNumérique, des efforts à faire en matière d’écologie
Article suivantLa cheminée de jardin, parfaite pour l’hiver
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.