Comment lutter contre les polluants dans nos aliments ?

0
40
polluants dans nos aliments inquiétude

L’ANSES a largement étudié les substances polluantes susceptibles de contaminer nos aliments. Les polluants présents dans notre alimentation peuvent provenir de diverses sources, comme l’utilisation de pesticides ou de métaux. Ces polluants alimentaires peuvent avoir des effets néfastes sur notre santé à long terme si nous les consommons régulièrement. Heureusement, il existe des mesures que nous pouvons prendre pour minimiser notre exposition aux polluants alimentaires.

Quels polluants trouvons-nous dans nos aliments ?

Selon des recherches récentes, les polluants les plus couramment trouvés dans nos aliments comprennent notamment des polluants organiques, chimiques et même métalliques.

Les polluants alimentaires métalliques

  • cadmium,
  • aluminium,
  • antimoine,
  • nickel,
  • cobalt,
  • plomb,
  • mercure.

Les polluants organiques

  • dioxines,
  • mycotoxines,
  • nitrates.

Les polluants chimiques

  • résidus de pesticides, tels que l’atrazine et le glyphosate,
  • résidus de médicaments vétérinaires,
  • nitrites,
  • PCB,
  • BPA provenant des emballages.

Quelles sont les sources de ces polluants dans nos aliments ?

Des substances toxiques peuvent se retrouver dans nos aliments du fait d’une agriculture intensive entraînant la contamination de l’eau, des sols et même des aliments.

Certains polluants peuvent se retrouver dans les aliments par la pollution de l’air.

Les produits de la mer, notamment le poisson gras, sont soupçonnés d’êtres contaminés par des métaux lourds tels que le mercure. Le thon est l’un des poissons les plus pollués au mercure.

éviter la pollution des poissons gras en ajoutant des brocolis

Les aliments peuvent également se trouver pollués au cours du transport ou du stockage, ainsi que lors de la transformation des aliments en emballages contenant des polluants chimiques tels que la BPA.

Enfin, les polluants alimentaires peuvent avoir pour origine l’utilisation de certains métaux dans la fabrication d’ustensiles de cuisine, de tuyaux, etc.

Lire aussi : Les perturbateurs endocriniens sont partout

Quels sont les risques pour la santé associés à la consommation non modérée de polluants alimentaires?

L’exposition régulière aux polluants alimentaires peut avoir des effets néfastes sur notre santé à long terme.

Les polluants tels que les métaux lourds et les pesticides peuvent causer une toxicité cérébrale, des problèmes de reproduction et un système immunitaire affaibli.

Un risque accru de maladies cardiaques, de diabète et de troubles du développement chez les enfants est associé aux polluants chimiques tels que la BPA.

Que faire pour diminuer les risques liés aux polluants alimentaires ?

Bien que les polluants présents dans nos aliments puissent avoir des effets néfastes sur notre santé s’ils sont consommés régulièrement et longtemps, il existe des mesures que nous pouvons prendre pour réduire notre exposition aux polluants dans notre chaîne alimentaire en général afin de protéger notre santé, mais aussi la santé de notre planète :

  1. acheter des produits bio,
  2. bien choisir son poisson,
  3. militer pour la réduction des teneurs en contaminants de nos aliments.

L’achat de produits biologiques peut réduire l’exposition aux pesticides et aux polluants chimiques dans nos aliments. En effet, la labellisation en produits biologiques limite drastiquement l’utilisation des polluants qui finissent dans nos assiettes.

polluants alimentaires comment lutter

Lors des achats alimentaires, il est important de veiller aussi à la composition des produits. Privilégier ceux qui ne contiennent que peu de colorants, additifs, conservateurs, etc., est un bon choix. Ceux qui veulent aller vite se contenteront de choisir les aliments dont la liste d’ingrédients est la plus courte.

Dans tous les cas, les consommateurs ont intérêt à choisir des aliments locaux et de saison et à privilégier les aliments les moins transformés pour limiter les polluant alimentaires.

S’agissant de la consommation de poissons, il faut savoir que plus le poisson est petit, moins il a absorbé de substances dangereuses pour la santé. Ainsi, il est toujours préférable de manger une sardine ou un anchois, plutôt qu’un morceau de thon ou de saumon.

Aussi étrange que cela puisse paraître, il est possible de dépolluer son organisme après absorption de certains polluants alimentaires. Ainsi, le sélénium est considéré comme un détoxifiant des métaux lourds (mercure, par exemple). Associer la consommation de crucifères à celle des poissons gras constituerait donc une solution adéquate pour limiter ce type de polluants alimentaires.

Une action militante globale pour lutter contre les polluants dans nos assiettes

Les polluants alimentaires sont présents dans toutes les sources alimentaires, et nous devrions donc prendre des mesures pour réduire notre exposition globalement plutôt que d’éviter un seul polluant ou une seule source de polluant alimentaire. Il est d’ailleurs à noter que ces mesures peuvent être difficiles à appliquer pour les personnes à faible revenu, pour lesquelles l’accès à des aliments sains et sans polluants peut être limité en raison du coût plus élevé. Cela souligne la nécessité de programmes gouvernementaux visant à réduire les polluants dans notre chaîne alimentaire.

Sources : études de l’alimentation totale de l’ANSES

PARTAGER
Article précédentLa Bourse aux Livres, la vente de livres d’occasion façon 3.0
Article suivantComment fabriquer un anti-mouche naturel ?
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.