Couches lavables : mode d’emploi, avantages et inconvénients

0
88
couches bébé lavables

Ne devient pas « zéro déchet » qui veut. Il faut y mettre une bonne dose de courage et de ténacité, surtout quand cela s’applique à l’intendance du bébé. Dans le monde, ce sont plus de 600 couches qui sont jetées chaque seconde. Les couches lavables sont-elles une solution facile à mettre en place pour des parents écolos ? Découvrez le fonctionnement des couches lavables, les avantages et inconvénients.

Les couches lavables, comment ça marche ?

Pour des parents écolos, la couche lavable est la solution aux accumulations de couches sales dans la poubelle ménagère. Les couches lavables se présentent sous­ 6 modèles différents. Quoiqu’il en soit, elles comportent toujours une partie absorbante posée au contact des fesses de bébé et, à l’extérieur, une partie imperméable en PUL (polyuréthane laminé, un textile imperméable qui constitue une très bonne barrière anti-humidité tout en laissant la peau respirer).

Le modèle de couche lavable le plus simple est composé d’une unique pièce, dans laquelle la partie absorbante ne peut être séparée de la partie imperméable. Moins absorbante que d’autres modèles, cette couche simple à utiliser est une très bonne alternative comme couche de jour.

Dans les modèles où l’insert absorbant est détachable de la partie imperméable, celui-ci peut être jetable ou lavable. De manière générale, l’insert est lavé (ou jeté lorsqu’il est jetable) à chaque change, tandis que la partie imperméable peut être réutilisée.

prévoir un lot de couches réutilisables

Le modèle le plus absorbant, le plus économique et le plus écologique est composé d’un lange à nouer et d’une culotte en laine ou en PUL. C’est aussi le modèle le plus confortable pour les petites fesses fragiles du bébé.

En ajoutant un voile de protection compostable à l’intérieur de l’insert, les selles sont retirées facilement de la couche.

Pourquoi passer aux couches lavables ?

Les parents « zéro déchet » ne verront que des avantages aux couches réutilisables, outre leur aspect écologique.

Cette solution permet d’échapper aux résidus toxiques contenus dans les couches jetables, comme l’avait souligné le magazine 60 millions de consommateurs en 2018. L’ANSES a d’ailleurs proposé, en 2020, de restreindre les substances chimiques dangereuses dans les couches jetables pour toute l’Union européenne (https://www.anses.fr/fr/system/files/REACH2019REACh0222.pdf).

De fait, les couches lavables sont plus respectueuses du bien-être des nourrissons. Moins irritantes, elles limitent les problèmes d’érythème fessier courants chez les bébés qui portent des couches jetables.

Les parents qui adoptent les couches lavables pour leur bébé constatent d’une économie importante sur les 30 premiers mois de bébé. En effet, ce sont plus de 5 000 changes qui sont effectués sur cette période. En couches jetables, cela représente un coût de 1 500 à 2 000 euros (selon les modèles). Sur la même période, l’achat des couches lavables coûte entre 500 et 1 000 euros. Elles pourront de plus resservir pour les enfants suivants ou, sinon, être revendues.

Et bien sûr, l’aspect écologique n’est pas le moindre des avantages. Une étude de l’ADEME conduite en 2007 établissait que les bébés français produisent 750 000 tonnes annuelles de déchets du seul fait des couches jetables, soit 3 % de toutes les ordures ménagères.

Couches lavables : inconvénients

couches lavables à sécher

Il ne faut pas se leurrer, adopter les couches lavables ne comporte pas que des avantages. Avant tout, les parents motivés doivent prévoir une organisation sans faille :

  • Acheter un nombre de couches suffisant (une vingtaine),
  • Laver les couches tous les 2 ou 3 jours pour ne pas se laisser déborder,
  • Prendre le coup de main,
  • Prévoir l’achat d’un sèche-linge pour sécher les couches en hiver,
  • Racheter un lot de couches lavables à chaque changement de taille.

En outre, ils devront s’armer de patience pour habiller bébé dont les petites fesses seront beaucoup plus volumineuses qu’avec des couches jetables.

Ajoutons que certaines assistantes maternelles et certaines crèches n’acceptent pas cette solution. Dans ce cas, les parents devront jongler entre les deux systèmes, lavable à la maison, jetable en crèche.

Enfin, les parents qui sortent ou voyagent beaucoup doivent prévoir une solution hermétique pour stocker les couches sales pendant leurs sorties.

PARTAGER
Article précédentMobilité durable et mobilité douce : définitions et enjeux
Article suivantEcovillages en Bretagne
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.