Le téléphérique urbain, une nouvelle idée de la mobilité écologique

0
téléphérique urbain

Depuis une dizaine d’années, le téléphérique apparaît dans les villes comme une nouvelle solution de transport écologique. Il ne pollue pas, il fait peu de bruit, il ne contribue que très peu à l’artificialisation des sols. Le téléphérique urbain va-t-il devenir le nouveau mode de transport à la mode ?

Le téléphérique urbain, un moyen de transport comme les autres

C’est en effet ce que certaines collectivités ont estimé lorsqu’elles ont lancé leur projet de téléphérique urbain. Ce mode de transport présente un avantage indéniable quand il s’agit de franchir des obstacles : autoroutes, rivières, etc., et pas seulement des montagnes.

Le téléphérique urbain est finalement un moyen de mobilité plutôt économique. Il est bien moins onéreux qu’une ligne de métro et moins coûteux également que la réalisation d’un tramway, même s’il coûte plus cher que l’achat d’un bus.

Il apparaît utile de fonder sa réalisation sur une justification urbaine et il ne peut bien sûr pas être considéré comme la seule solution de transport urbain.

Des projets de métro-câble un peu partout en France

Depuis près de 2 ans, un téléphérique urbain survole la ville de Brest rapidement et silencieusement. Il transporte annuellement plus de 800 000 passagers au-dessus de la Penfeld, la rivière qui traverse la ville, sur près de 500 mètres en 3 minutes.

Telepherique-Brest
Téléphérique urbain de Brest Par Ph. Saget — Travail personnel, CC BY-SA 3.0 

Brest fait office de pionnière et d’exemple. A Toulouse, un téléphérique, le plus long en France, devrait être mis en route prochainement (2020). Il reliera l’Oncopole et l’Université sur environ 3 kilomètres.

A Grenoble, un « métro-câble » survolera le Drac Torr et l’Isère pour joindre Saint-Martin le Vinoux à La Poya en passant par trois « stations » : Grenoble, Fontaine et Sassenage. Les Grenoblois pourront ainsi, d’ici 2023, faire leurs trajets domicile-travail en volant.

Et d’autres projets fleurissent : Marseille, Orléans…

Des projets en Île de France

Parmi tous les projets de développement des moyens de mobilité en Île de France, celui d’un téléphérique urbain est le plus innovant. La ligne A du métro-câble, dénommée « Câble A » sera la toute première du genre en région parisienne. Elle devrait permettre de rejoindre Villeneuve-Saint-Georges depuis le terminus de la ligne 8 du métro, Créteil Pointe du Lac. Il desservira ainsi le Val de Marne. Son trafic est estimé à 20 000 résidents et 6 000 employés qu’il transportera vers les hôpitaux, les universités, les administrations et autres grands équipements du territoire.

D’autres projets pourraient ensuite voir le jour. Le STIF a en effet lancé des études de pré-faisabilité pour douze nouveaux équipements de ce type. Les études permettront de démontrer la faisabilité financière, technique et économique de chacun, ainsi que leur pertinence.

A lire : « L’île-de-France accueillera des téléphériques urbains dès 2021 »