La prime à l’achat de véhicule d’occasion propre dès 2018

0

Après la mise en place de la vignette Crit’Air sous la présidence de François Hollande, le gouvernement d’Emmanuel Macron va plus loin en voulant renouveler le parc automobile. Pour cela, Nicolas Hulot souhaite mettre en place la prime à l’achat de véhicules d’occasion propres. L’objectif : inciter les ménages les plus modestes à acquérir une voiture plus écologique.

Une prime pour dire adieu aux véhicules les plus polluants

Les voitures polluent, c’est un fait avéré. Voilà pourquoi des mesures sont déjà en place afin de permettre aux ménages d’acheter un véhicule plus propre. Aujourd’hui, les primes proposées ne s’appliquent qu’aux véhicules écologiques neufs. Elles s’élèvent ainsi à 6 000 € pour toute voiture électrique neuve. Si cet achat remplace une voiture diesel, immatriculée avant 2006, une seconde prime de 4 000 € est reversée à l’heureux propriétaire. Si l’achat concerne une voiture hybride rechargeable neuve, l’automobiliste perçoit un bonus de 1 000 €, ainsi qu’une aide de 2 500 € pour mettre à la casse un véhicule diesel.

Pour voir arriver la prime sur les véhicules d’occasion, il faudra encore attendre. En effet, elle devra être inclue dans le Projet de loi des finances de 2018. Elle concernera ainsi les véhicules propres d’occasion, mais aussi neufs, qu’ils soient électriques ou hybrides. Elle pourra être attribuée aux propriétaires d’une voiture datant d’avant 1997 pour un diesel ; d’avant 2011 pour une essence. Si pour l’instant, le montant de la prime est inconnu, on peut imaginer qu’elle s’élèvera à 1 000 €. C’est, en tout cas, ce qu’avait proposé Emmanuel Macron pendant sa campagne. Si vous souhaitez acquérir un véhicule d’occasion, nous vous recommandons le comparateur de voiture d’occasion Autovisual.

Voici par exemple les modèles du constructeur Renault disponibles : https://www.autovisual.com/fr/voiture-occasion/Renault

Un mouvement pour dire bonjour aux véhicules plus écologiques

Lors de son passage à la radio RTL, Nicolas Hulot a été clair : il souhaite renouveler entièrement le parc automobile de la France, d’ici quinze ans. A cela s’ajoute un autre rêve, celui d’interdire la commercialisation des véhicules à moteur thermique en 2040. Ses nombreux projets s’appuient sur des raisons environnementales et sanitaires de premier ordre.

Pour le moment, des efforts doivent encore être fournis. Le prix des véhicules hybrides et électriques est malheureusement élevé pour un choix peu nombreux. Mais pour Nicolas Hulot, ceci n’est qu’une affaire de temps. Il estime également que l’hydrogène pourrait jouer un rôle très important dans la création des voitures de demain. Il pourrait servir pour les camions, les navires et les avions.

Nous vous donnons donc rendez-vous l’année prochaine pour plus de détails sur cette prime !