Peut-on imaginer nettoyer les océans ?

0
pollution ocean

Un récent rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement fait état d’une situation vraiment alarmante au niveau de la pollution des océans. Chaque année, alors qu’un tout petit pourcentage de plastique est recyclé à travers le monde, ce sont les océans qui souffrent de cette pollution formant de gigantesques nappes de déchets. Tristement célèbre, la « Trash Vortex » est l’une d’entre elle. Elle est aussi gigantesque que le Texas, générée par les courants marins entre le Pacifique Nord et Hawaï. Comment sauvegarder la faune et la flore marine dans un tel chaos grandissant ?

Les spécialistes sont formels : il faut travailler rapidement à réduire la quantité de plastiques présents dans les gyres. Certes ils ne génèrent pas les mêmes risques que les problèmes liés au réchauffement climatique, seulement la faune en est la première victime. Les oiseaux qui ingèrent les plastiques peuvent en mourir. De plus, même si les tortues de mer et les poissons peuvent résister à l’ingestion de ces matières, ils peuvent en mourir d’occlusion intestinale. Le véritable danger réside aussi dans la présence des 5’000 milliards de particules plastiques qui se déplacent sur les océans. Ils parviennent à faire se déplacer des bactéries et des espèces invasives.

Quelques chiffres :

– Rien qu’aux Etats-Unis, pas moins de 100 milliards de sacs plastique sont consommés chaque année
– 95% des oiseaux marins ont ingurgités du plastique, lequel se retrouve dans leurs estomacs (qu’ils confondent avec des méduses).
– 30% seulement de la pollution marine représente pas moins de 7,25 millions de tonnes de plastique

Le projet The Ocean Cleanup Array

Parmi les projets de nettoyage les plus impressionnants, on ne peut passer à côté de la plateforme imaginée par le jeune néerlandais de 19 ans : Boyan Slat. Son projet a parcouru la planète web, et suscite des débats animés.

Comment en effet mettre en place une telle infrastructure ? Pourtant, il est très étudié. La tâche serait réalisée en 5 ans, pour chaque gare océanique, et se concrétiserait sur 25 ans au total. Le principe consiste à dévier les déchets par les courants marins jusque dans des barrages flottants, qui prennent la forme de vaisseaux auto-alimentés par l’énergie solaire et produite par l’eau.

Actuellement, les chercheurs sont à l’étude de faisabilité, et n’en sont qu’au quart du projet. Il est important de considérer toutefois que le projet pourrait être rentable, grâce au recyclage des matières récupérées. Il occupe aujourd’hui plus de 50 ingénieurs depuis 2012, mais une date de mise en oeuvre du projet n’est pas encore avancée et certains spécialistes doutent de la faisabilité du projet.

Le projet du drone marin

drone-nettoyer-oceans

Un autre projet a été évoqué par un groupe d’étudiants en 2012. Ces jeunes pensaient ainsi concevoir un drone marin dont la fonction serait de retirer les déchets de façon automatisée. Concevoir ces appareils de 5m par 3,6 m de diamètre pourrait inclure des batteries longue durée. Ces engins devraient fonctionner en groupe. Mais le projet n’a pas été considéré par les ingénieurs jusqu’à ce jour.

Le projet Kaisei

En 2009, un autre organisme a organisé des expéditions de repérage, dans le but de pouvoir nettoyer la plaque de déchets du Pacifique Nord, la plus impressionnante qui existe (elle fait six fois la taille de la France). Pour le moment, aucun résultat n’a pu être avancé sur la concrétisation de ce projet.

The Clean Oceans Project

Mené à petite échelle depuis 2008, ce projet avait pour but d’expérimenter différents moyens permettant de repérer et récupérer les déchets. Une nouvelle phase à plus grande échelle est à l’étude, et nécessite l’implication de technologies plus poussées.

La Seabin : un projet autonome révolutionnaire

Ces poubelles des océans sont une création révolutionnaire. Cet autre projet permettrait non seulement d’aspirer les ordures flottant à la surface de l’eau, mais peuvent filtrer les produits toxiques tels que les détergents, les tuiles et les carburants. Un système qui resterait ainsi en fonction 24h/24.

Leur efficacité n’est malheureusement pas prévue pour un environnement en pleine mer. Les poubelles sont en effet efficaces pour les eaux stagnantes, telles que les ports, les rivières, ou encore les étangs et les fleuves. Cela fait de cet accessoire un élément indissociable des promenades en bateau, où il peut y être accroché.

Le projet AWARE

Sous le nom de campagne « Dive Against Debris », ce mouvement propose de concrétiser des actions locales en plongeant directement sous l’eau afin de récupérer les débris qui s’y trouvent. Non seulement les plongeurs participent au nettoyage des océans, mais ils mènent une véritable enquête, récoltent des données sur les ordures sous-marines et contribuent ainsi à alimenter les connaissances scientifiques pour aider à sauver les océans.

Les défis d’aujourd’hui appellent à plusieurs conclusions. En effet, si des projets d’envergure sont à l’aube de voir le jour, ce sont aussi les petites actions collectives qui doivent être développées. Les nettoyages sur les plages, ramassages en plongée sous-marine mais aussi l’étude de la faune et la flore participent à lutter, à terme, contre ce désastre écologique sans précédent.