Mobilité durable, changer les comportements passe aussi par l’entreprise

0
autopartage et covoiturage pour une mobilité durable

Qui n’a pas pensé un jour changer le monde à son échelle ? Bien sûr, il est possible de lutter contre le réchauffement climatique. Mais concrètement, il n’est pas toujours aisé d’acquérir les bons gestes dans la vie de tous les jours. La mobilité durable, notamment, peut être difficile à mettre en place. Transports trop éloignés, voiture électrique trop chère ou impossibilité de la charger en appartement, etc. L’entreprise peut cependant contribuer à l’effort collectif en incitant ses employés à prendre plus souvent des transports impactant moins l’empreinte écologique. Avec le télétravail et l’auto partage, de nouvelles pistes s’offrent à l’entreprise.

Action, réaction, le plan de déplacement entreprise

L’enjeu va bien au-delà des questions financières et climatiques. Il s’agit de faire face à une question sanitaire préoccupante puisque la pollution atmosphérique est considérée comme la troisième cause de mortalité dans l’Hexagone. Paradoxalement, une étude prouve que 80 % des travailleurs en France utilisent leur propre véhicule pour aller au travail quotidiennement. C’est sur ce constat qu’a été mis en application le plan de mobilité, ou plan de déplacement entreprise, depuis le 1er janvier 2018.

Désormais, les entreprises de plus de 100 employés ont l’obligation de mettre en place un plan d’action pour une mobilité plus écologique, pour se mettre en conformité à la loi de Transition énergétique.

plan mobilité durable polluer moins Le plan de mobilité a pour but de mettre en avant l’usage des moyens de locomotion alternatifs au véhicule personnel. Il s’agit tout simplement de revenir sur une utilisation quotidienne de la voiture personnelle en prônant de nouveaux moyens de transport pour réduire la pollution de l’air.

Une loi gagnant-gagnant pour les entreprises et les salariés

L’application du plan de mobilité s’avère très utile pour répondre à la problématique globale que constitue le réchauffement climatique. En effet, le plan de mobilité contraint les entreprises ayant plus de 100 salariés à la réalisation d’une enquête d’usages auprès de ses employés et à la mise en œuvre de mesures incitant à choisir des modes de transport impactant peu l’empreinte écologique :

  • promotion du vélo,
  • incitation aux transports publics,
  • télétravail,
  • mise en place d’un service d’autopartage, etc.

Les Français sont persuadés, souvent à raison, que pour arriver plus vite sur son lieu de travail, la voiture ou la moto sont les meilleures options.

A lire aussi : Trajet domicile-travail, une source importante de pollution

Pourtant, il existe plusieurs modes de transport alternatifs qui se montrent plus avantageux.

Le co-voiturage, par exemple, consiste à faire le trajet avec un autre conducteur. Le moyen de transport est toujours la voiture, mais le nombre de voitures est ainsi diminué. Une expérience a même été réalisée en partenariat avec Karos, une application de co-voiturage sur de courtes distances, et RCI Bank and Services, une filiale du groupe Renault.

Pendant dix semaines, les employés de la RCI Bank and Services se sont servis de ladite application pour se rendre sur leur lieu de travail. Les résultats dépassent toutes les espérances :

  • les co-voitureurs participants ont gagné en moyenne 6 euros par trajet et 48 minutes par jour ;
  • les parkings ont été désengorgés, laissant même des places de stationnement libres ;
  • le rejet de dioxyde de carbone (CO²) a été réduit de 345 kilos.
PARTAGER SUR
Article précédentConseils pour ne pas polluer avec Internet
Prochain articleL’antarctique protégé des touristes chinois
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.