Manger bio, la solution pour lutter contre les pesticides

0
pesticides-ou-manger-bio

Les pesticides sont de plus en plus présents de nos jours dans notre alimentation. L’alimentation biologique constitue de ce fait une alternative intéressante pour consommer moins de pesticides.

Vous avez dit pesticides ?

Regroupés en 22 catégories, les pesticides englobent une multitude de produits chimiques utilisés, entre autres, dans l’agriculture. Les plus couramment utilisés sont les insecticides et les fongicides pour traiter les plantes contre les champignons. Des mesures sont régulièrement mises en place pour en limiter l’utilisation. En 2009, le Grenelle de l’environnement a imposé des plans d’action en vue de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires de 50% à l’aube de 2018. Les dangers des pesticides sont aujourd’hui connus et particulièrement nombreux. Outre les cancers, ils peuvent entraîner une perturbation du système endocrinien, des malformations chez le nouveau-né ou encore des retards de croissance.

Sans pesticides, une planète plus saine

Les pesticides ne sont pas seulement mauvais pour la santé humaine. Ils ont aussi un impact environnemental très important. Ils ne se contentent pas, en effet, de tuer les nuisibles et d’éliminer les maladies des plantes ; ils participent aussi à l’élimination de toute une série de petits insectes utiles à la nature, comme les abeilles, pour ne citer qu’elles. Ils peuvent aussi entraîner la pollution de l’eau des rivières et des nappes phréatiques et sont en partie à l’origine des algues vertes.

Manger bio contre les pesticides

Afin d’ingérer le moins possible de pesticides, consommer des produits biologiques apparaît comme une solution indispensable. Les fruits et légumes bio sont en effet cultivés sans pesticides et dans le plus grand respect de la nature. Attention cependant, tout bio ne signifie pas forcément tout bon. Si chaque label bio permet de limiter l’utilisation des pesticides, chacun possède son propre cahier des charges. Le label AB (agriculture biologique) autorise, par exemple, les OGM à hauteur de 0,9% dans les produits transformés. Le label Bio Cohérence, qui vient en complément du label AB, limite les produits OGM à hauteur de 0,1% et offre donc une garantie supplémentaire. L’alimentation des herbivores doit également être garantie à 80% au moins sur place. Des labels biologiques comme Bio solidaires sont issus du commerce équitable et restent un moyen efficace de consommer bio sans pesticides.

Source : Expertise collective de l’INSERM – Juin 2013

 

PARTAGER SUR
Article précédentFournitures scolaires durables : bien les choisir
Prochain articleLes algues remplaceront-elles le pétrole ?
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.