Fairbnb, une plateforme de réservation éthique

0
Tourisme éthique - Grand Canal
Grand Canal - Image par Free-Photos de Pixabay

Pour contrer les pratiques contestées par les municipalités de Airbnb, Fairbnb propose une solution de location en ligne plus éthique. Des logements sélectionnés avec soin, dans le respect du client, des bénéfices partiellement reversés aux projets locaux, voici tous les atouts de Fairbnb, nouvel acteur du tourisme éthique.

La location éthique d’hébergements en ligne

Plusieurs municipalités tentent de mettre fin aux pratiques de la plateforme Airbnb, qui entraîne des vacances importantes dans leurs centres, et des locations sans contraintes qui font de l’ombre aux commerces traditionnels. Un collectif composé de militants chercheurs, développeurs ou même urbanistes a essaimé dans ces métropoles pour former Fairbnb. L’objectif de cette coopérative d’une part de mettre en place une plateforme réellement collaborative, prenant en compte le développement durable au cœur des territoires. A terme, elle compte diminuer les conséquences néfastes du tourisme de masse.

La plateforme Airbnb a en effet contribué à l’augmentation des loyers, à embourgeoiser les cœurs de villes les plus fréquentées et à en chasser les résidents originels. La plateforme Fairbnb devrait offrir un choix réellement plus éthique aux touristes qui souhaitent collaborer au développement local.

La moitié des commissions reversées pour des projets de développement local

La plateforme Fairbnb, pour éthique qu’elle soit, percevra des commissions sur les mises en locations des biens. Celles-ci sont les même que sur d’autres sites collaboratifs concurrents : un pourcentage sur les tarifs de location de 7,5 %. Ce qui fait la différence avec ces autres sites et l’originalité de Fairbnb, c’est le reversement de 50 % des commission à des projets de développement local portés par des collectivités, des associations et même des entreprises privées.

Que ce soit les touristes, les propriétaires de biens hôtes ou les municipalités, tous les acteurs et utilisateurs de la plateforme auront la possibilité de voter en faveur du projet qui leur plaît le plus. Au final, la plateforme locative permettra aux touristes d’être plus en phase avec leur lieu de villégiature, allant jusqu’à faire connaître, à travers ses réseaux, des initiatives autrement ignorées du grand public. Ils pourront aussi, lors de leurs déplacements, aller à la rencontre des populations locales et passer voir le projet qu’ils soutiennent. Ils deviendront de véritables acteurs d’un tourisme éthique.

Un développement européen pour Fairbnb

Conçue en Italie, la plateforme coopérative Fairbnb souhaite s’étendre très vite dans d’autres pays. Chaque personne possédant un logement à louer peut la contacter pour devenir un loueur éthique. Les critères sont, pour l’instant, limités mais pourraient se multiplier. Dans un premier temps, chaque propriétaire ne peut mettre en ligne qu’un bien, qui sera vérifié par la coopérative la plus proche. Les propriétaires de biens accessibles aux PMR, mais aussi respectant des normes (encore à définir) en termes de domotique ou d’autres critères garantissant un engagement humain et social seront les bienvenus.

La plateforme collaborative est en phase d’essaimage. Des coopératives sont déjà envisagées à Barcelone, Venise, Amsterdam, etc. Elles constitueront les relais locaux pour connecter les propriétaires et les porteurs de projets de développement du territoire.

PARTAGER SUR
Article précédentUn tiers de la mangrove disparu depuis 20 ans, la faute à la crevette
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.