Dossier: Télétravail, coworking, tiers lieux… Et si on travaillait hors les murs ?

0

Longtemps marginal, le télétravail a gagné en visibilité tout en restant minoritaire. La France fait partie des pays en retrait. Et pourtant, une majorité de personnes se révèle enthousiaste à l’idée d’essayer… Et ceux qui le pratiquent sont conquis !

La France à la traîne

Une fatigue minorée, des déplacements et donc des pollutions évitées, une productivité accrue … Les bénéfices du télétravail, exprimés d’abord par ceux qui l’expérimentent, sont mis en lumière par les études, de plus en plus nombreuses. Il n’en reste pas moins que la France est plutôt en retard. 8 à 17 % des salariés français travailleraient, au moins un jour par semaine, hors de leur bureau. Les pays anglo-saxons et scandinaves se situent plutôt entre 20 et 30 %. Les mentalités et les mœurs sont doucement en train de changer, poussées par les pionniers et par un cadre normatif qui encourage les entreprises à tenter l’expérience : l’Accord national interprofessionnel de 2005 sur le télétravail, ratifié par l’ensemble des organisations patronales et syndicales, prévoyait en effet qu’une concertation soit lancée en 2016. Actuellement, les règles du jeu sont claires : le télétravail se fait sur la base du volontariat, il doit être encadré par un accord d’entreprise ou un avenant au contrat de travail, l’employeur doit fournir le matériel nécessaire à la réalisation des missions…

Le (télé)travail c’est la santé

Des témoignages nombreux et récurrents illustrent le bien-être des télétravailleurs. Ils parviennent mieux à concilier vies personnelle, familiale et professionnelle, économisent du temps et de l’argent en limitant leurs trajets -potentiellement plusieurs heures par jour- et gagnent de précieuses minutes de sommeil : 45 minutes en moyenne ! Le tout sans que leur efficacité en pâtisse, au contraire. Certains spécialistes vont jusqu’à y voir une petite révolution permettant de prévenir les divorces et l’absentéisme. De fait, la démocratisation des outils digitaux, la dématérialisation des administrations et le haut débit autorisent le travail à distance pour de très nombreux métiers : traitement de dossiers et secrétariat, recherche documentaire, conseil… Et si le télétravail se déploie lentement, ce n’est pas tant en raison d’obstacles concrets que de réticences d’ordre managérial. La culture du présentiel, les craintes quant à la désorganisation des services ou -à tort- à la baisse de la productivité ont longtemps dominé. La tendance est en train de s’inverser, comme le montre la récente étude menée par l’Association nationale des RH : le travail à distance est jugé très favorablement (moyenne de 77 %) par l’ensemble des répondants, salariés, IRP, managers et direction. Les arguments qui démontrent les avantages pour les entreprises, se traduisant par des économies d’énergie autant que par un mieux être des salariés ont porté : le télétravail apparaît comme un levier majeur des politiques de RSE (responsabilité sociale des entreprises).

Home sweet home ou home office ?

Si les avantages du télétravail semblent évidents, vu du siège du salarié en tous cas, il ne faut pas en oublier les désagréments : cela demande de l’autodiscipline et rend plus difficile la coupure entre « pro » et « perso »… Le conjoint et l’entourage du télétravailleur ont parfois tendance à confondre home office et home tout court et à penser que cette présence peut être mise à profit pour assurer des tâches ménagères. La confusion est d’autant plus répandue que le travail à distance n’est pas généralisé ! Bien sûr, la problématique n’est pas la même selon que l’on est chez soi 1 ou 2 jours par semaine ou à 100 %. Mais la solution existe déjà, elle est même en plein boom. Les espaces de coworking, à l’origine plutôt dédié aux freelances, entrepreneurs individuels et consultants offrent aujourd’hui une alternative idéale au home office pour les télétravailleurs (ne pas se retrouver « tout seul », profiter d’une convivialité, séparer lieu de travail et lieu de vie). Le nombre de ces bureaux partagés, accompagnés de services, aussi appelés tiers lieux, a triplé en 6 ans, on en trouve désormais plus de 860 en France, 7 800 dans le monde.

Les tiers lieux, enjeux de territoire

La multiplication de ces espaces traduit une évolution des modes de vie et ouvre sur des opportunités sans précédent pour les territoires ruraux et/ou enclavés. Nombre de collectivités sont arrivées à cette conclusion et ont financé la création de tiers lieux pour attirer des salariés urbains, ayant envie de grand air… Sans perdre leur emploi. Le Cantal fit partie des premiers départements à se lancer. Et une expérimentation de télétravail au sein de la fonction publique en Auvergne a été lancée… Et reconduite ! Le télétravail, en s’appuyant sur des tiers lieux qui maillent le territoire, offre des perspectives très encourageantes quant à l’égalité entre les territoires. Il nous pousse à sortir de nos représentations traditionnelles (« métro-boulot-dodo » !) et d’une division trop clivante entre des métropoles saturées en locaux de bureaux et des bourgs désertés par les entreprises du tertiaire.