Les barres de chocolat Kinder aussi bonnes que dangereuses ?

0
Barre de chocolat Kinder

Les Kinder, ce sont les meilleurs amis de nos goûters comme de nos caries depuis des décennies. Après l’huile de palme dans le Nutella, Ferrero fait de nouveau polémique avec ces barres de chocolat potentiellement cancérogènes.

Les huiles, fléau de Ferrero

Le 8 Juillet dernier, Foodwatch, association de défense des droits des consommateurs, dévoile une étude réalisée sur 20 produits de consommation rapide type « snacks ». Derrière le mot « snacks » se cachent tous les produit que l’on peut s’attendre à trouver dans un distributeur (chips, gâteaux, barres chocolatées, etc…).

Le constat alarmant de cette étude, est qu’elle démontre la présence d’hydrocarbures d’huiles minérales (MOH) potentiellement cancérogènes. A l’instar du Nutella dans lequel l’huile de palme est délibérément inclue dans le produit, c’est ici de l’emballage que proviendrait le danger. De source extérieure mais encore non clairement identifiée par Ferrero, celle-ci se fixerait à l’aliment, ce qui lui conférerait les vertus cancérogènes évoquées plus haut.

D’après ce que nous savons aujourd’hui, cela ne concernerait que les produits Kinder Chocolat et Kinder Maxi, issus de la même gamme de barres de la marque. Ferrero a bien conscience du problème et affirme travailler d’ores et déjà sur des solutions.

Un communiqué de Ferrero a été publié sur le site leparisien.fr :

La discussion sur les composants d’hydrocarbures d’huiles minérales (MOH) dans des produits alimentaires n’est pas nouvelle et affecte une grande variété de produits alimentaires des catégories les plus différentes. Foodwatch Allemagne a récemment testé plusieurs produits de confiserie et a détecté les traces de composants d’hydrocarbures d’huiles minérales.

Cependant, les traces d’huile minérale existent presque partout dans l’environnement et ils peuvent être transférés à la nourriture de beaucoup de façons différentes. Les sources de migration principales sont, par exemple, des composants d’huile minérale provenant d’encres d’imprimerie qui sont présentes dans l’emballage issu du recyclage et qui, via la fibre recyclée pendant le transport, migrent aux matières premières et aux produits alimentaires.

Comme cette question a une influence sur plusieurs industries et aussi en raison de la complexité du sujet, un effort commun de toutes les parties prenantes de chaîne alimentaire est exigé, y compris le commerce des matières premières dans et en dehors de l’Europe.

Chez Ferrero, ensemble avec tous nos partenaires de chaîne d’approvisionnement, nous travaillons sur des solutions techniques pour minimiser ces substances omniprésentes autant que possible et éviter leur transfert et leur migration à la nourriture. Par exemple, nous utilisons déjà exclusivement des fibres vierges venant de chaînes d’approvisionnement durables certifiées et aucune matière recyclée pour notre emballage principal.

Ferrero voudrait rassurer (les consommateurs) que tous les produits Ferrero sont créés avec une qualité extrême et la plus grande attention est portée à la sécurité des produits toujours conformément à toutes les législations légales.

Mais la Tunisie n’attendra pas que Ferrero tienne ses promesses et a annoncé début Juillet le retrait des chocolats Kinder du marché, que ce soit les barres ou les œufs.

Plus les années passent et plus nous découvrons des produits désagréables pour la santé dans nos aliments. Si les associations de consommateurs ne mettaient pas autant d’énergie dans leur combat, serions-nous au courant de tous ces problèmes ? Et si c’était déjà trop tard ?

PARTAGER SUR
Article précédentLe livret-arbre, pour relancer l’économie verte
Prochain articleLes produits fermiers ont la cote
Intéressé à la base par les nouvelles technologies, Arthur se passionnera petit à petit pour la communication et la rédaction, et mettra ses compétences à profit du site Consofutur.