E319, l’additif qui affaiblit nos défenses immunitaires

0
additif E319 dans les chips

Certains additifs sont nuisibles à notre santé. Il en va ainsi du E319, aussi connu sous le nom de BHQT (butylhydroquinone tertiaire). Cet additif E319 pourrait être à l’origine de la prolifération de certaines maladies comme la grippe, en affaiblissant les défenses immunitaires.

Additif E319, des effets néfastes pour la santé

Le E319 est ajouté aussi bien aux céréales du petit-déjeuner qu’à la viande congelée, en passant par les chips et les chewing-gums. Il s’agit du butylhydroquinone tertiaire, (mais il apparaît le plus souvent sous le nom de E319 sur les étiquettes. Les études avaient déjà souligné ses propriétés possiblement cancérigènes chez les animaux, mais aussi génotoxiques, mutagènes et même allergènes.

E319 dans les céréales de nos enfants

Une étude menée par des chercheurs américains souligne que cet additif pourrait être à l’origine de l’affaiblissement des défenses immunitaires chez l’être humain. De fait, les personnes pourraient être moins résistantes aux virus comme la grippe et les vaccins antigrippaux moins rendus moins efficaces. Le BHQ-T impacterait en effet directement le nombre nos cellules de défense :

  • les cellules T, qui contribuent aux défenses naturelles de nos organismes,
  • nos cellules CD4, qui coordonnent notre système immunitaire,
  • les cellules CD8 T, qui aident à éliminer les cellules ennemies.

Lire aussi « 5 conseils pour ne plus consommer de produits industriels »

Autre effet néfaste de E319, il ralentit sensiblement l’activation de ces cellules et réduit ainsi notablement leur prédisposition à s’attaquer au plus tôt à l’infection virale. C’est ainsi que le virus grippal se répandrait plus facilement et serait plus difficile à éradiquer.

Où trouve-t-on le butylhydroquinone tertiaire ?

L’additif E319 est considéré comme « peu recommandable » par un test de l’UFC-Que Choisir réalisé à l’automne 2018. Il s’agit d’un antioxydant que l’on retrouve dans de nombreux produits alimentaires industriels.

les soupes déshydratées contiennent additif E319

Il contribue à limiter l’oxydation des matières grasses et des arômes en dose parfois supérieure à celle autorisée pour les enfants. Ce sont pourtant les plus grands consommateurs. Les études menées sur les animaux démontrent les effets toxiques de cet additif :

  • par inhalation,
  • en ingestion,
  • par injection.

Potentiellement responsable de tumeurs cancéreuses et d’allergies alimentaires, il a déjà été interdit au Japon. En Europe, on le retrouve pourtant à des doses variées dans :

  • les bouillons et les soupes déshydratés,
  • des préparations pour gâteaux,
  • certaines pâtes à tartiner,
  • les céréales du petit-déjeuner,
  • les nuggets de poulet,
  • la plupart des chips, etc.

Il n’est proscrit que dans l’alimentation bio, à travers les différents labels.

PARTAGER SUR
Article précédentGarages solidaires : des garages pas comme les autres
Prochain articlePourquoi installer un hôtel à insectes dans son jardin ?
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.