Voyager durable, un pari impossible ?

0
613

Peut-on être éco-responsable et partir en voyage pour ses vacances ? Bien que cela paraisse incompatible, ConsoFutur a décidé d’étudier la question pour voir si une alternative était possible.

Des déplacements hors de prix en termes de GES

Le Commissariat général au développement durable a évalué le profil des déplacements touristiques (Source : Le Point Sur – n° 174 – septembre 2013).

voyage_avion
En 2011, 5 % des voyages ont généré 58 % des gaz à effet de serre. L’avion est le principal responsable (67 % des émissions de GES, pour moins d’un séjour sur 10), suivi de près par le séjour à l’hôtel (représentant 16 % des séjours, mais 48 % des émissions de GES dus à l’hébergement.

Les enjeux du tourisme responsable

Voyager durable n’est pas sans impact et les enjeux sont multiples, outre la réduction des émissions de GES :

    • Réduire la surconsommation d’eau générée par les équipements aquatiques et sportifs, l’entretien du linge d’hôtel, etc.
    • Réduire la production de déchets, notamment plastiques.
    • Préserver la vie sociale et culturelle des pays d’accueil, ainsi que la faune, la flore et, plus généralement, les milieux fragiles.

randonnee_natureRecommandations pour un tourisme durable

      • Voyager durable n’est pas totalement impossible. Il suffit de s’attacher à suivre quelques recommandations de bon sens, procurées par l’association Babel-Voyages, qui propose sur son site des séjours et circuits touristiques responsables :
      • Limiter les déplacements en avion ou, quand ce n’est pas possible, s’engager avec la compensation carbone.
      • Préférer le train à la voiture.
      • Favoriser les randonnées à pied ou à vélo.
      • Choisir les hébergements verts et les hôtels éco-labellisés.
      • Respecter la nature et les recommandations destinées à la protéger.
      • Ne pas allumer de barbecue.
      • Adopter les coutumes locales le temps du séjour.

grande_barriere_de_corail

Ces recommandations sont à la portée du premier touriste venu. Les respecter, c’est faire un premier pas vers un tourisme durable, compatible avec la protection des ressources et des sites.