Que mettre dans son compost ?

0
21
compost

Si vous possédez un jardin, le compostage est une technique de  fertilisation naturelle du sol, tout à la fois écologique et économique. En effet, en compostant les déchets organiques issus de la maison ou du jardin, on obtient un fertilisant, riche en azote, capable de remplacer le fumier de l’agriculture traditionnelle tout en allégeant ses poubelles. Pour autant, savez-vous vraiment ce que vous pouvez mettre ou pas dans le bac pour obtenir un compost parfaitement équilibré en matières humides et en matières sèches ?

Quels sont les déchets à mettre au compost ?

Un compost de bonne qualité doit contenir à parts égales des déchets dits humides, riches en azote, et des déchets plus secs, riches en carbone. Dès lors, des micro-organismes comme les bactéries, lombrics et autres insectes interviennent pour transformer ces déchets organiques en un compost riche en humus. Intégré au sol, ce compost s’avère un amendement très utile au jardinier : il favorise le développement de la vie du potager et fertilise la terre.

Quels sont réellement les déchets qui peuvent être « recyclés » et rejoindre le bac à compost ? En priorité, vous pouvez mettre les épluchures de légumes et de fruits. Les épluchures plus dures et coriaces comme les peaux de melon, d’avocat, de pommes de terre, de banane ou d’agrumes peuvent être intégrées au compost, mais coupées en petits morceaux pour en faciliter la décomposition. Le marc de café conservé avec son filtre en papier, les sachets de thé, le papier absorbant, le papier journal et les mouchoirs peuvent également se composter.

Incorporez aussi tous les déchets du jardin tels que les mauvaises herbes sarclées, c’est-à-dire non montées en graines, les feuilles mortes, ou les tontes de gazon, préalablement séchées. Les résidus de récolte sont également ajoutés de même que les fleurs fanées. Quant aux déchets de taille d’arbustes ou d’arbres, il est préférable de les broyer avant de les ajouter au compost.

Quels déchets sont à bannir du compost ?

Les magazines et prospectus publicitaires en couleur, les déchets de litière de chat et les excréments de chien, potentiellement porteurs de parasites, l’huile et les graisses alimentaires, les chiffons et le textile, les os sont à éviter absolument. Abstenez-vous également de mettre le pain sec qui ne peut qu’attirer les rongeurs, ou à la rigueur mouillée.

Ne mettez pas non plus le charbon de bois du barbecue et toutes les matières synthétiques ou plastiques, non compostables. Pour les restes alimentaires, les avis divergent. Certes, ils se décomposent mais ils ne doivent contenir ni viande ni poisson. Quoi qu’il en soit à intégrer avec modération. Le constat est le même pour les coquilles d’œufs qui peuvent être compostées si et seulement si elles sont effritées. Quant aux coquilles d’huîtres et de moules, elles ne se mettent jamais au compost.

Que peut-on ajouter pour améliorer son compost ? Pour activer le compost,  ajouter quelques jeunes pousses d’ortie, très riches en azote, est idéal. De même, quelques poignées de cendre de cheminée tamisée, bien pourvue en potasse et en phosphore, peuvent être intégrées au compost mais sans excès. Si votre compost  est trop sec, arrosez-le un peu. Et surtout, remuez-le régulièrement !