La voiture électrique est-elle vraiment écologique ?

0

Si la voiture électrique est présentée par les médias comme une des solutions majeures à la préservation de l’environnement, celle-ci peine encore à s’imposer sur le marché de l’automobile.

Pourtant, les arguments en faveur de la voiture électrique sont de taille. Notamment en termes de confort, celles-ci démarrent rapidement et sont très silencieuses. De quoi soulager les oreilles des piétons qui sont confrontés chaque jour à la pollution sonore en milieu urbain.

En termes de respect de la planète, celles-ci rejetteraient 0% de CO2. Rouler en électrique permettrait donc de ne pas alimenter une pollution qui tue, selon l’OMS, plus de 3 millions de personnes par an.

Enfin, autre bon point pour la voiture électrique, l’électricité qu’elle consomme coûte aujourd’hui moins chère que le pétrole.

Le bilan écologique semble donc plutôt radieux pour ces nouveaux moyens de transport, mais pourquoi les consommateurs de voitures thermiques ne franchissent-ils pas le pas ?

Eco mais pas trop

Malgré tous ces points positifs, la voiture électrique ne fait clairement pas l’unanimité, et ce à cause, de l’image qu’elle véhicule. Tout d’abord, l’affaire Volkswagen a terni de manière durable l’argument écologique des véhicules les plus récents et la confiance des consommateurs. L’an dernier, le géant automobile s’est vu contraint de retirer certains véhicules de la circulation à cause de systèmes de contrôle anti-pollution truqués. Difficile, après un tel scandale, de regagner la confiance des consommateurs.

Lorsque l’on évoque l’empreinte écologique d’un produit, on aborde principalement les rejets de CO2 à l’usage. Cependant, il ne faut pas oublier qu’une voiture, comme tout objet créé par la main de l’homme, a une vie avant et après son utilisation. C’est là que le bât blesse pour la voiture électrique.

Si ces voitures ne polluent effectivement pas pendant qu’elles roulent, cela est différent lors de leur fabrication, notamment concernant leurs batteries. Composées de lithium à l’instar de nos téléphones, elles ne sont quasiment pas recyclables. Le lithium est une ressource à la durée de vie limitée et dont seulement 5% des batteries construites avec, ne finissent pas dans des décharges. Avant même son utilisation, son extraction seule pollue énormément.

La fabrication d’une batterie pollue donc tellement qu’elle empêche la voiture électrique d’être réellement moins polluante qu’une voiture normale avant d’avoir parcouru entre 50 000 et 100 000 km.

L'électricité va-t-elle réellement changer nos classiques habitudes ?
La voiture électrique va-t-elle réellement changer nos habitudes ?

Mis à part ces batteries polluantes, la voiture électrique est confrontée à un autre problème : la provenance de l’électricité. En dehors des quelques Français qui produisent une électricité via des panneaux solaires, celle-ci provient généralement de deux sources : le nucléaire ou le charbon, soient deux éléments majeurs qui alimentent la pollution dans le monde.

Toutefois, peut-on réellement imputer cette faute à l’industrie automobile ? N’est-ce pas le mix énergétique de chaque pays qui est en cause ?

centrale nucléaire pixabay
Oui, c’est de là que provient l’électricité qui alimente ces voitures « écologiques »

Et si on avançait ?

La voiture électrique est finalement un produit controversé qui pose beaucoup de questions sur l’industrie en général. Si ses intentions sont louables, la mise en pratique n’est pas toujours irréprochable. Pour passer à l’électrique, les consommateurs ont besoin d’une information plus claire et transparente vis à vis des questions environnementales.

En effet, la voiture électrique n’est pas 100% bonne pour la planète. Toutefois, elle l’est déjà plus que son homologue thermique. Par ailleurs, elle reste trop chère pour une majorité de consommateurs, qui même s’ils sont engagés, n’ont pas les moyens d’investir.

Nous savons que la recherche se concentre actuellement sur le remplacement du lithium et que l’électricité propre et renouvelable est au cœur de l’actualité. L’industrie automobile doit porter de nouvelles solutions si elle veut convaincre les consommateurs que les objectifs déterminés à la COP21 sont réalisables. A noter que les Pays-Bas semblent bien déterminés à franchir le pas vers les voitures électriques. En effet, ils comptent interdire la vente de voitures thermiques d’ici à 2025. Et vous, seriez-vous prêts à passer à la voiture électrique ?

PARTAGER SUR
Article précédentJeûner 3 jours pour être en meilleure santé
Prochain articleLes écrans pour les enfants, avec modération
Arthur
Intéressé à la base par les nouvelles technologies, Arthur se passionnera petit à petit pour la communication et la rédaction, et mettra ses compétences à profit du site Consofutur.