Les terres rares, indispensables ou pas ?

0
terres rares indispensables ou pas

On appelle « terres rares » ces dix-sept métaux qui entrent dans la composition de nombreuses technologies vertes innovantes, comme le néodyme, l’yttrium ou le lanthane, utilisés par exemple dans les moteurs électriques… Leur rareté est inversement proportionnelle à leur intérêt stratégique. Quel devenir pour les technologies vertes sans les terres rares ?

Des terres rares qui portent bien leur nom

Les réserves de terres rares se situent principalement en Chine (pour moitié) et aux Etats-Unis (à hauteur de 12 %). L’Union européenne, comme de nombreux autres pays, a fait le choix environnemental de préserver ses réserves de terres rares. Pour échapper à leur dépendance à la Chine, qui produit 95 % des terres rares, les Etats-Unis ont, depuis 2013, réactivé des mines comme celle de Montain Pass, en Californie, qui produit de l’yttrium.

terres rares

Ce quasi-monopole de la Chine pose problème, dans la mesure où ses dirigeants réduisent les quotas d’exportation. Ainsi, entre 2006 et 2010, ils étaient de 5 à 10 % annuels. Même si elle a depuis signé des accords avec les pays occidentaux, la Chine n’en reste pas moins productrice exclusive.

Une dépendance qui coûte cher

Les terres rares entrent dans la composition de nombreux éléments de l’électronique des outils modernes (téléphones, ordinateurs, etc.) sensés nous libérer des contraintes de transport, mais aussi dans les voitures électriques, éoliennes, lampes LED, panneaux photovoltaïques et autres technologies utilisant l’énergie renouvelable ou consommant moins d’énergie.

voiture électrique et terres rares

Non seulement elles sont rares, mais elles n’ont pas de filière de recyclage. Quand on sait qu’un téléphone portable a une durée de vie moyenne de moins de deux ans, on peut s’interroger sur l’avenir des technologies vertes pourtant indispensables à la réduction du réchauffement planétaire.

Des solutions en devenir

Depuis plusieurs années, les chercheurs du CNRS planchent sur la question. L’équipe de Chimie métallurgique des terres rares du CNRS travaille ainsi à trouver des solutions de recyclage des terres rares, qui permettraient de moins puiser dans les réserves.

Le laboratoire Conditions extrêmes et matériaux : haute température et irradiation de l’Université d’Orléans, en lien avec l’Institute of Process Engineering fondé à Pékin, recherche un moyen de créer  une matière qui pourrait remplacer, à terme, le grenat d’yttrium et d’aluminium (YAG), utilisé dans les lasers et les LED.

aimants dans les moteurs d'éoliennes contiennent des terres rares

Certains industriels commencent à éliminer les terres rares de leurs produits, ou à en rationaliser l’usage. Ainsi, l’aimant permanent a été supprimé dans le moteur de la Renault Zoé et Enercon, producteur d’éoliennes allemand, ne les utilise plus dans ses génératrices de 800 kW à 4,2 MW.

 

PARTAGER SUR
Article précédent9 astuces pour préserver la biodiversité au jardin
Prochain articleUne maison 100% autonome !
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.