Pourquoi choisir les textiles bio ?

0
textile bio coton bio

Le jean est un objet de consommation mondialement apprécié. Or sa fabrication a un impact très négatif sur l’environnement. Pour contribuer à la diminution de la pollution générée par la fabrication des jeans et autres vêtements en coton, Consofutur a décidé de faire le point sur les avantages des textiles bio.

Retour sur l’impact écologique du coton non bio

Pour notre étude, nous avons choisi le jean. En France, ce sont 60 à 90 millions qui sont vendus selon les années, et dans le monde, ce sont 2 milliards de jeans qui sont fabriqués. Le salaire mensuel d’un ouvrier correspond, dans bien des cas, au prix d’un jean de marque.

Le transport, d’abord, des matières premières comme du produit fini

Les quelques vingt composants nécessaires à sa fabrication proviennent de différents pays du monde : coton du Mali, bleu indigo d’Allemagne, pierre ponce de Turquie, fermetures éclair du Japon… Plus de 10 pays participent à sa fabrication, avant qu’il ne parte vers l’Europe, l’Asie ou les Etats Unis.

La culture intensive du coton

Le coton est récolté en Asie, où il est cultivé de façon intensive. Si la production de coton demande traditionnellement peu d’eau, sa production intensive, en revanche, consomme plus de 5000 litres d’eau pour un kilo de coton. On estime que la culture intensive du coton est à l’origine de la disparition de la mer d’Aral.
Puis le jean est tissé au Pakistan ou en Italie, et enfin fabriqué en Tunisie, où il subit une cinquantaine de traitements extrêmement polluants.

Le coton bio pour une consommation durable

La fabrication de textiles bio s’est développée depuis quelques années. Mais quels sont les avantages des cotons bio ?

  • Moins polluant : Le coton bio est issu de l’agriculture biologique, sans engrais, pesticides ou OGM, et irrigué avec l’eau de pluie.
  • Moins d’impact sur la santé : La teinture du coton bio utilise des colorants respectueux de l’environnement, qui respectent la charge environnementale et sociale, et les eaux de teinture sont traitées avant rejet dans la nature.
  • Moins d’eau : Le délavage des jeans est réalisé à l’ozone, au lieu d’un procédé à base d’eau.
  • Meilleur impact sociétal : Pour les petits producteurs, le coton bio a un meilleur rendement et une meilleure qualité et se vend plus cher que le coton traditionnel. Ils voient ainsi leurs revenus augmenter.

Ces avantages sont confirmés par les labels bio, comme l’Ecocert, Max Havelaar, Oeko Tex ou encore Ecolabel. Les adeptes du coton bio le trouvent en outre plus doux, plus absorbant et moins allergisant.

Les autres fibres écolos

Plusieurs stylistes s’intéressent à leur empreinte écologique et, à ce titre, reviennent aux matières ancestrales et privilégient les productions bio.

  • La laine bio provient de moutons élevés dans le respect des fondements de l’agriculture biodynamique et ne subit aucun traitement antiparasitaire ou chimique. Elle est teintée par des procédés écologiques.
  • Le chanvre et le lin, dont la culture est, par nature, plus écologique : moins gourmands en eau, ils poussent rapidement et n’épuisent pas la terre. Le chanvre est plus chaud et plus solide que le coton et le lin absorbe très bien l’humidité.
  • Le bambou, cultivé selon les méthodes de l’agriculture bio, a un rendement très intéressant. En outre, sa fibre est biodégradable.
  • Le tencel, tiré de la cellulose d’eucalyptus, est un textile très écologique. Infroissable, il est plus doux que le coton et est, en ouvre, biodégradable.

Les alternatives au coton polluant sont nombreuses. L’éco-consommateur aura l’embarras du choix, même si, pour l’instant, le prix reste un peu plus élevé. De plus en plus de marque utilise le textile bio. Si on en trouve dans les vêtements, les marques l’utilisent également pour le linge de toilette. C’est le cas pour Linvosges par exemple qui utilise pour certains de ses produits du coton biologique

PARTAGER SUR
Article précédent2015, une année très chaude
Prochain articleL’hébergement collaboratif pour vos voyages
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.