La France peut-elle produire 100% d’énergie renouvelable d’ici 2050 ?

0
énergie 100 % renouvelable

Alors que certaines autorités craignent l’arrivée d’un problème en approvisionnement électrique, plusieurs associations comme NégaWatt affirment le contraire. Leurs scénarios montrent clairement que le mix énergétique avec une énergie 100 % renouvelable est parfaitement possible pour 2050.

Energie 100 % renouvelable d’ici 2050, possible d’après NégaWatt

Cela fait plus de 15 ans déjà que l’association présente des solutions énergétiques plus vertes. En janvier dernier, NégaWatt a présenté, dans un communiqué de presse, son scénario alternatif pour atteindre 100% d’énergies renouvelables en 2050. La méthode : associer sobriété énergétique, efficacité énergétique et substitution par des énergies renouvelables (éolien, solaire, centrales photovoltaïques, etc.). Objectif 2050 : diviser de moitié la consommation d’énergie. Impossible ? Pas tant que ça, puisque c’est celui prôné par la loi de transition énergétique de 2015.

Un tel gage relève cependant d’une politique volontariste passant notamment par plusieurs pistes :

  • La mutation des politiques de mobilité : renforcement du covoiturage et des réseaux de transport en commun, développement massif des véhicules hybrides et électriques, soit une baisse de plus de 60 % des besoins ;
  • Une véritable politique d’amélioration des performances des logements, avec un plan de rénovation thermique de tous les bâtiments résidentiels et tertiaires, soit une diminution de plus de 50 % de la consommation énergétique de ce poste ;
  • Un développement du recyclage dans l’industrie.

Adieu les énergies fossiles et le nucléaire

Pour l’association, ces politiques doivent s’associer d’un mix énergétique 100 % renouvelable : finis pétrole et les carburants dérivés, le charbon ou le gaz. NégaWatt propose de remplacer tout cela par des énergies d’origine renouvelable, électricité et biogaz pour les véhicules, notamment. Cela implique de mettre en place une politique très volontariste de remplacement du parc automobile tel qu’il existe actuellement. C’est ce qu’a annoncé, début juillet, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, dans son Plan climat. Cela suppose bien entendu la mise en place d’un parc de véhicules dotés de moteurs électriques ou hybrides mêlant électricité et gaz.

NégaWatt préconise parallèlement de renoncer complètement à l’énergie nucléaire qui, il est important de le noter, fournit encore de nos jours les trois quarts de l’électricité consommée dans l’hexagone. Le scénario prévoit tout simplement d’arrêter les réacteurs après la 4ème visite décennale. Ainsi, les 58 centrales françaises seraient fermées d’ici 2035.

Le scénario implique aussi de renouveler l’agriculture et la sylviculture, notamment pour produire plus de ressources renouvelables La biomasse serait, dans ce modèle, une énergie nécessaire au développement de notre mix énergétique.

Tout n’est pas gagné d’avance, mais la vision de NégaWatt devient de plus en plus réaliste et réalisable, finalement. Et Donald Trump se trompe peut-être en voulant se dissocier de l’Accord de Paris.

PARTAGER SUR
Article précédentLes singes disparaîtront-ils d’ici 2050 ?
Prochain article5 astuces pour l’organisation d’un mariage écologique
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.