Ma contribution à la lutte contre le réchauffement climatique

0
contribution à la lutte contre le réchauffement climatique

Nous avons tous un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Du recyclage à la consommation locale en passant par l’utilisation des transports en commun, voici quelques actions à mettre en place dans son quotidien et qui ne demandent pas beaucoup d’investissement mais démontrent leur efficacité et leur impact sur l’environnement.

Piqûre de rappel sur les causes du réchauffement climatique

La planète a connu des refroidissements et des réchauffements successifs depuis deux millions et demi d’années mais, on le sait maintenant, rien de comparable à ce qui se passe depuis un siècle.  Du fait de l’action de l’homme, la planète se réchauffe plus vite depuis cent ans qu’elle ne s’est réchauffée depuis des millions d’années.

Sont principalement considérés comme responsables :

  • l’utilisation des combustibles fossiles, en particulier pour le transport et le chauffage,
  • la déforestation,
  • l’agriculture intensive (élevage et utilisation d’engrais azotés).

transport camions émission GES

Il ne s’agit pas ici de montrer du doigt les responsables mais bien de comprendre comment agir au quotidien pour atténuer la production des gaz à effet de serre.

Agir en consommateur responsable

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, nous revenons ici sur des gestes quotidiens que tout le monde peut faire sans difficulté :

Choisir la mobilité durable

Entre deux moyens de mobilité, l’éco-consommateur choisit toujours le plus durable. Pour cela, il faut trouver tous les moyens de mobilité existant sur nos trajets, et ils sont nombreux : bus, tram et métro urbains, train, car, vélo, marche à pied, skate, rollers, etc. Puis choisir le plus efficient, c’est-à-dire celui qui rend le meilleur service avec le moins d’émissions de GES. Et si la voiture est le seul moyen de déplacement possible, ne pas oublier le covoiturage.

Éteindre les lumières et débrancher les appareils

Ça n’a l’air de rien, mais ces petites loupiotes allumées en permanence et tous ces chargeurs qui restent branchés nuit et jour dans le vide représentent plus de 10 % de la consommation énergétique d’un ménage. Pour en savoir plus, il suffit de lire l’article de Que Choisir sur le sujet.

Limiter sa production de déchets

réduire déchets plastiques

Cela passe par plusieurs points :

  • éliminer les produits jetables du caddy,
  • acheter des produits sans emballages,
  • boire l’eau du robinet,
  • n’acheter que ce qui sera consommé,
  • composter et recycler tout ce qui peut l’être.

Il faut savoir que le recyclage des plastiques ne représente que 26 % de la quantité de plastiques produits.

 

Consommer bio et local

Deux choses contribuent largement à la production des GES : l’utilisation d’engrais azotés et le transport. En veillant à consommer des produits locaux, on contribue à limiter leur transport. En achetant des produits bio, on permet la diminution des productions intensives utilisant des engrais azotés.

Passer au flexitarisme

Le végétalisme ou le végétarisme ne sont pas des pratiques validées par tous. Les consommateurs, en revanche, sont de plus en plus nombreux à diminuer leur consommation de viande, privilégiant la qualité à la quantité. Le flexitarisme contribue ainsi à limiter les émissions de méthane liées à l’élevage intensif d’ovins et de bovins.

élevage cause effet de serre

Si la part de chaque éco-consommateur paraît être une goutte d’eau dans la mer, jointe à l’action de l’ensemble des consommateurs, elle prend une autre dimension.

PARTAGER SUR
Article précédentComment sensibiliser les enfants au développement durable
Prochain articleUn superbe écolodge en Grèce
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.