Une centrale photovoltaïque pour éclairer une ville entière

0
centrale photovoltaique

C’est la plus grande d’Europe à ce jour, elle produit l’électricité d’une ville entière : la centrale photovoltaïque de Cestas a été inaugurée en 2015. Consofutur vous dit tout sur cette centrale solaire et sur le potentiel du photovoltaïque en termes de développement durable.

Une centrale solaire hors du commun

La centrale solaire photovoltaïque créée à Cestas, sur un terrain de 250 ha, est capable de produire 350 GWh annuellement, soit de quoi subvenir aux besoins des 250 000 Bordelais. L’électricité produite est intégrée au réseau THT de RTE. Son coût de production est inférieur à celui d’un MWh produit par un réacteur nucléaire nouvelle génération.

Techniquement, la centrale est en réalité un conglomérat de mini-centrales, d’une capacité de 12 MWc (Méga Watt crête), composant une méga-centrale de 305 MWc. Une centrale de cette capacité a pu être construite en moins d’un an, pour un coût total de 350 M€.

Quel avenir pour le photovoltaïque ?

Plus rentable que l’éolien et moins coûteuse que le nucléaire, la filière des énergies renouvelables devra être développée rapidement pour répondre aux accords internationaux de lutte contre les changements climatiques et atteindre un mix électrique 100 % renouvelable. La réglementation française, initialement prévue pour les parcs éoliens, devra être revue pour supprimer les limitations qui imposent des distances entre les centrales photovoltaïques au sol implantées par le même maître d’ouvrage.

2ème producteur européen, après l’Allemagne, la France ne relâche pas son effort de développement des énergies renouvelables. En septembre dernier, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a doublé la puissance initialement prévue dans l’appel d’offres lancé au printemps pour développer les installations photovoltaïques. Le permis unique contribuera aussi à simplifier les démarches et réduire les délais de délivrance des autorisations. Le photovoltaïque devrait donc prendre son essor pour atteindre sa vitesse de croisière d’ici 2020.

Source : Le Moniteur