2016, des records de chaleur et de pollution

0
2016 des chaleurs records

L’année 2016 s’est déroulée sous le signe de la chaleur. En effet, les températures de l’année passée ont tout bonnement dépassé les températures moyennes des années précédentes. Et avec la chaleur, la pollution ne s’est pas fait attendre.

Une certitude, 2016 a été très chaud

L’organisation mondiale météorologique a présenté en novembre 2016 son bilan climatique provisoire de l’année écoulée. Elle a indiqué que l’année 2016 serait tout simplement la plus chaude jamais enregistrée. Quoi qu’il en soit l’année 2016 aura été plus chaude que 2015 et elle est décrétée la plus chaude depuis le début des enregistrements de ce type. Le rapport final de l’OMM, présenté le 18 janvier 2017, après que les températures aient été analysées, ne fait que confirmer ce fait. Les chiffres présentés malheureusement parlent d’eux-mêmes puisque la température est tout simplement de plus de 1,1°C par rapport à la moyenne préindustrielle. Elles dépassent donc le record établi en 2015 de 0,07°C et confirme ainsi la tendance du réchauffement de la planète.

Ces températures élevées ont des incidences catastrophiques sur la nature. Elles provoquent des événements climatiques sérieux (sécheresses, inondations, violents cyclones). Elles sont aussi à l’origine, au moins partiellement, du blanchiment de la grande barrière de corail et, bien sûr, de la fonte des glaces aux pôles.

chaleur et fonte des glaces

Un surcroît de pollution

L’accumulation en CO2 tend aussi à augmenter depuis quelques années. Elle dépasse déjà le précédent seuil historique. Ainsi, les régions ayant réellement connu de fortes variations de températures sont l’Alaska mais aussi le nord des Etats-Unis ainsi que quelques régions d’Afrique.

En France et en Europe, il faut savoir que 2016 aura été tout simplement l’année des records. C’est ainsi qu’au cours du mois de décembre, nous avons eu le pic de pollution le plus long jamais constaté depuis plusieurs années. Pendant plus d’une semaine, le niveau de particules fines est resté 4 ou 5 fois plus haut que d’habitude. Cela a même nécessité de prendre des mesures dans les grandes villes pour limiter les dégâts.

Pas seulement en France

A échelle mondiale, la pollution n’a jamais été aussi haute ! En effet, le niveau de CO2 actuel est de plus de 400 ppm. C’est énorme quand on sait que les 300 ppm au cours des dernières années n’ont jamais été dépassées. L’accumulation de CO2 étant en moyenne de 270 ppm.

Des organismes comme l’OMM alertent déjà depuis des années sur ce phénomène qui prend au fil du temps de plus en plus d’ampleur. Il est indispensable que les Etats les plus pollueurs prennent ainsi leurs responsabilités. Le but est d’éviter à tout prix une catastrophe climatique et une pollution de l’ensemble de la planète.

 

PARTAGER SUR
Article précédentLabel Energie Carbone, le nouveau label de l’écohabitat
Prochain articleComment rendre son habitat Feng Shui
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.