Transition énergétique, un bilan contrasté

0
transition énergétique

La loi de transition énergétique pour la croissance verte était apparue comme une nécessité. Après un an, l’Etat a dressé le bilan de cette loi particulièrement ambitieuse aux résultats encore faibles.

Transition énergétique pour la croissance verte

C’est une loi ambitieuse que le gouvernement français a fait voter et dont les résultats se font tout simplement attendre.

Son objectif à 2050 :

  • faire baisser la consommation énergétique de notre pays de moitié ;
  • diminuer de 30 % la consommation de nos énergies fossiles à l’aube de 2030, au profit des énergies renouvelables ;
  • ramener la part du nucléaire de 75 % à 50 % de notre production d’électricité pour atteindre un niveau limité à celui détenu actuellement ;
  • faire baisser les gaz à effet de serre de 40 % sur 40 ans, le niveau de 1990 étant l’étalon.

La loi commence à produire ses effets. Par exemple, l’achat d’un véhicule de type électrique pour remplacer un diesel se généralise. De la même façon, l’obsolescence programmée est supprimée, ou en tout cas limitée par l’institution de sanctions.

Le bilan semble satisfaisant pour beaucoup d’associations et de groupes. Toutefois, il reste des progrès à faire pour continuer dans cette voie.

Des résultats qui se font attendre

C’est le nucléaire qui pèche le plus. En effet, seule la centrale de Fessenheim sera à l’arrêt pour 2018. Les autres centrales continueront de tourner. Quant à l’EPR de Flamanville, il rentrera en fonctionnement à ce moment-là. De fait, les meilleures prédictions annoncent une baisse de la production de 10 % environ de la part du nucléaire en France à l’aube de 2023. La marche reste haute pour atteindre le résultat attendu.

Pour ce qui est des autres effets, il faut remarquer que les bénéfices sur le long terme vont très certainement se faire attendre. Malgré tout, certains items de la loi ont une incidence directe sur notre vie quotidienne comme l’usage des sacs plastiques jetables qui est d’ores et déjà interdit en France.

D’autres effets à venir

On attend d’autres effets de la transition énergétique pour ce qui est des logements énergivores. En effet, les collectivités ont décidé de fixer un seuil de consommation au mètre carré. Au delà, il est nécessaire de faire des travaux pour pouvoir louer le logement. On reste bien loin, pour autant, de la cible de 500 000 logements à rénover.

Sont également attendus les effets de la loi sur les filières vertes, qui peinent à monter en puissance. Comme on l’imagine, l’objectif de 32 % d’énergies renouvelables d’ici 2030 semble bien compromis.

PARTAGER SUR
Article précédentCompteurs Linky, peut-on s’opposer ?
Prochain articleSe lever tôt nuit gravement à la santé
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.