Quel est l’isolant écologique le plus efficace

0

Isoler un logement est une bonne façon de réduire ses dépenses d’énergie mais aussi d’améliorer son confort. Pour une construction ou une rénovation qui respecte les principes du développement durable, quel est le meilleur isolant écologique ?

Le choix d’un bon isolant

Pour choisir un isolant thermique, il faut avant tout regarder ses critères de performance thermique. Plus l’isolant est efficace, moins le bâtiment laissera passer la chaleur vers l’extérieur (ou entrer la chaleur en été).

isolation thermique indispensable

Il pourra même sauter une classe énergétique ou plus si l’isolation de l’enveloppe du bâtiment s’accompagne d’autres travaux d’amélioration de la performance thermique.

Les critères de résistance thermique retenus par le Gouvernement pour attribuer son crédit d’impôt transition énergétique (CITE) sont les suivants :

  • planchers sur vide sanitaire, sous-sol ou passage : R ≥ 3 m².K/W,
  • isolation des parois verticales (murs pignons ou façades) : R ≥ 3.7 m².K/W,
  • combles aménagés ou aménageables (plafonds et rampants) : R ≥ 6.0 m².K/W,
  • combles perdus (planchers) = R ≥ 7.0 m².K/W.

La performance minimale, si l’on souhaite atteindre la norme RT 2012 (ou BBC, bâtiment basse consommation) est plutôt :

  • R = 8 m².K/W en isolation de toiture,
  • R = 4 m².K/W en isolation de murs et planchers.

La résistance thermique d’un isolant dépend de sa conductivité et de son épaisseur. Il faut savoir que plus la conductivité de l’isolant est élevée, plus il faudra augmenter l’épaisseur. Or l’épaisseur de l’isolant joue un rôle important dans le montant de la facture.

Les meilleurs matériaux isolants écologiques

Pour trouver le meilleur matériau isolant écologique, il faut donc à la fois regarder sa conductivité et l’épaisseur nécessaire pour atteindre la résistance thermique souhaitée. Du point de vue écologique, le meilleur isolant est celui qui présente un bilan environnemental favorable (faible énergie grise et effet de serre réduit). L’énergie grise est l’énergie consommée lors de la fabrication, du transport et de la transformation de l’isolant. Sa contribution à l’effet de serre est le rapport production de GES / stockage de l’isolant.

Laines de mouton, de lin et de bois

Idéale pour les murs et les combles aménagés ou perdus, la laine de mouton 100 % naturelle présente tous les avantages d’un bon isolant thermique écologique. Avec une résistance thermique supérieure à 6 m².K/W pour une épaisseur de 21 cm et une capacité hygroscopique élevée, sa contribution à l’effet de serre est nulle et son niveau d’énergie grise très faible. Il faut cependant savoir qu’elle est propice au développement des parasites et nécessite donc un traitement spécifique.

laine de bois parmi les meilleurs isolants écologiques

Adaptée aux mêmes usages que la laine de mouton, la laine de lin est un peu moins isolante, avec une résistance thermique de 5,15 m².K/W pour une épaisseur de 19 cm. Elle présente un résultat écologique légèrement moindre, du fait d’une énergie grise plus importante pour sa production.

De son côté, la laine de bois présente des capacités thermiques identiques à la laine de mouton, mais demande plus d’énergie grise pour sa production. En revanche, sa contribution à l’effet de serre est négative. Les panneaux bois de haute densité peuvent être utilisés pour tout type d’isolation.

L’inconvénient majeur de ces isolants écologiques est qu’ils offrent une faible résistance au feu (classe C à E).

Ouate de cellulose

La ouate de cellulose est produite par recyclage des journaux et présente l’un des meilleurs bilans environnementaux. Elle peut être considérée comme l’un des isolants les plus écologiques. Utilisée sous forme de panneaux posés ou de flocons insufflés, elle est idéale pour l’isolation des murs et des combles et dans les constructions en bois.

isolation ouate de cellulose meilleur isolant écologique

Sa résistance thermique est presque identique à celle de la laine de mouton. Cependant, elle présente bien d’autres avantages :

  • résistance au feu supérieure, sous la forme de flocons (classe B),
  • bonne capacité hygroscopique,
  • bonne résistance à la vapeur d’eau,
  • meilleure isolation thermique en été,
  • résistante aux parasites (insectes, rongeurs ou champignons).

Isolants synthétiques

Peu écologiques, les isolants synthétiques offrent cependant l’avantage d’une bonne performance thermique et peuvent être utilisés pour tous types d’isolation. Ainsi, malgré leur mauvais bilan environnemental, ils pourront être privilégiés en isolation extérieure des couvertures et dans les sols sous chape.

Sources : ParcEcoHabitat.com – comparatif global des isolants