La trottinette électrique est-elle l’avenir du vélo ?

0
trottinette électrique

Le retour de la trottinette dans les rues des grandes villes a comme un air d’antan. Pourtant, en attendant que les DeLorean traversent le temps et que nos voitures traversent le ciel, dans un monde futuriste, la trottinette pourrait bien être l’avenir du vélo dans une perspective de transition énergétique.

Les atouts d’une décroissance avant-gardiste

La trottinette permet aux bobos de se réapproprier les centres-villes avec un outil idéal :

  • une empreinte carbone quasi nulle en comparaison d’un véhicule thermique,
  • un encombrement plus que limité,
  • un coût d’acquisition dérisoire,
  • un engin silencieux et qui ne pollue pas.

La trottinette donne en prime un goût de liberté à ses utilisateurs, si on l’intègre au sempiternel métro-boulot-dodo. Bref, ce bel objet redevenu tendance, de préférence électrique, a tout pour remplacer le vélo, même électrique.

Moins glamour que le scooter à 3 roues

Ce n’est pas une illusion, la trottinette reste un engin relié à notre enfance. Rien qu’à son nom, elle laisse un goût de ridicule derrière elle. Trottiner, ce n’est pas vraiment courir. Le dico Robert ramène l’action aux souris et d’aucuns se souviendront de son autre nom, la patinette. Ce relent de l’enfance a quelque chose d’assez peu glamour.

Mais son manque de glamour ne s’arrête pas là, même si plusieurs sociétés s’arrachent les trottoirs de la ville pour y diffuser leurs trottinettes électriques (7 au total, rien que pour Paris…). Il faut dire que l’engin permet de se déplacer plus vite qu’à pied et, contrairement au vélo, partout. Plusieurs indices militent pourtant contre la trottinette en remplacement du vélo.

Moins stable que le vélo

Tout d’abord, l’engin est relativement dangereux. S’il nous ramène à l’enfance, nous devons cependant nous rappeler que nous n’avons plus ni la même agilité, ni les mêmes réflexes. Au détour d’un coin de rue, une foule serrée, un obstacle sur le trottoir, et nous voici par terre, sans possibilité de freiner, et avec un stabilité réduite compte tenu de la position. Si nous avons deux jambes, ça n’est sans doute pas pour les garder serrer l’une contre l’autre dans nos déplacements.

vélo électrique versus trottinette électrique

Un coût rédhibitoire

Ensuite son coût, certes limité si l’on acquiert sa propre trottinette, il reste élevé quand on l’emprunte. A Paris, par exemple, la prise en charge coûte un euro et il faut y ajouter 15 cts pour chaque minute utilisée. Cela n’a l’air de rien, mais sur une heure, le coût s’élève à 10 euros. En comparaison, le vélo en location ne coûtait que 5 euros à la journée… Le nouveau service Véligo Location qui s’installera dans les rues de Paris en septembre 2019 sera même proposé à 40 euros le mois, avec possibilité de le stocker chez soi.

La preuve en chiffres

Il se loue chaque jour 40 000 vélos électriques, ce qui ne représente pourtant que 5 % des trajets effectués dans l’espace urbain. Les sociétés qui louent des trottinettes annoncent péniblement 10 000 trajets quotidiens, soit à peine plus de 1 % des trajets effectués en ville. Ce n’est donc pas demain que la trottinette électrique remplacera le vélo.

PARTAGER SUR
Article précédentQuelles sont les capitales les plus polluées au monde ?
Prochain articleVinaigre de cidre, la santé au naturel
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.