Quelle confiance dans les aliments enrichis

0
aliments enrichis

L’industrie alimentaire révolutionne tous les jours le monde de l’alimentation en créant et en transformant une multitude de produits. Il faut cependant savoir que beaucoup de maladies chroniques sont apparues ces dernières années du fait des déséquilibres alimentaires.

Des aliments vidés de nutriments

C’est un défi quotidien des industriels de l’alimentaire : produire toujours plus en optimisant au mieux les matières premières. Le blé en est un parfait exemple. Ce dernier est fractionné en farine très fine blanche et séparé de ses autres parties (son et germe). Or ce sont les trois parties du blé qui en font un aliment complet apportant énergie, fibres et autres micronutriments. Le fractionnement entraîne les industriels dans la confection de produits très riches en glucides mais vidés de leurs autres nutriments.

Le paradoxe, c’est que pour mieux vendre ses produits, l’industrie agroalimentaire se sent obligée de les enrichir, pour répondre au besoin de qualité de ses clients. Enrichi en fibres, en calcium, en fer, en ceci ou cela… Après le « cracking » qu’ils ont subi, les aliments sont à nouveau enrichis pour être améliorés. Le résultat est cependant sans commune mesure avec l’aliment d’origine, qu’il s’agisse des céréales, des produits laitiers ou de la viande.

Mauvaise alimentation source de décès

Ce cracking, même s’il est suivi d’un enrichissement contribue largement à la malbouffe moderne. Les aliments ne contiennent plus les nutriments nécessaires à une bonne santé et l’on est obligé d’aller les chercher dans des compléments alimentaires.

Consommer ces aliments en trop grande quantité peut ainsi conduire au développement de maladies chroniques. Des études très récentes sur le sujet montrent également qu’ils accroissent les risques d’obésité, de maladies cardiovasculaires, et même de certains cancers. Plus de 500 000 décès sont ainsi dus en France à ce problème de mauvaise alimentation et la diminution de l’espérance de vie constatée ces dernières années pourrait bien en être le résultat.

Plutôt que de rechercher les aliments enrichis dans les rayons, la recherche d’aliments variés, non transformés, contribuera plus sûrement à une meilleure santé.

Source : Fardet A, Rock E (2016). Vers une approche plus holistique de la nutrition. Les Cahiers de nutrition et de diététique, n° 51, volume 1, janvier 2016