Perturbateurs endocriniens : halte à la manufacture du doute

0
perturbateurs endocriniens

Il est bien connu que la science et les industriels ne font pas toujours bon ménage. En effet, depuis plusieurs décennies, les scientifiques sont la cible d’attaques multiples dès qu’il y a de gros intérêts financiers en jeu. Décryptage avec les perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens en question

Les perturbateurs endocriniens sont des éléments chimiques présents dans nos biens courants et capables d’interagir avec les hormones du corps humain, que ce soit chez les animaux ou chez les êtres humains. On les retrouve dans nos éléments du quotidien comme les sacs plastiques, les cosmétiques et aussi les produits d’entretiens. Notre société est basée sur l’intégration dans notre quotidien d’éléments issus des dérivés du pétrole. Certains spécialistes appellent cela « la soupe chimique », car beaucoup de dérivés du pétrole contiennent des perturbateurs endocriniens.

Les effets de ces derniers sur notre santé sont nombreux. Les conséquences sur notre santé peuvent aller des cancers hormonaux comme le cancer du sein ou celui des testicules, ils peuvent toucher le développement des plus jeunes (et plus particulièrement de leur cerveau) et peuvent également déclencher différentes formes de diabètes ou d’obésité. Ces substances agissent le plus souvent lorsque le corps humain est faible et peuvent avoir des effets graves sur l’organisme.

Des enjeux financiers

Que ce soit au niveau environnemental avec les huiles de schiste ou encore au niveau alimentaire avec les scandales à répétition, la science dénonce de manière prématurée le plus souvent les méfaits des produits industriels. Les perturbateurs endocriniens n’y échappent pas. Entre malformations et infertilité, les perturbateurs endocriniens restent les ennemis d’un corps équilibré et en pleine santé.

Le seul moyen de s’en protéger est de prendre des mesures politiques. Il faut mettre en place une réglementation précise et stricte pour limiter leur utilisation.

Des centaines de chercheurs publient depuis plusieurs années des études sur les méfaits des perturbateurs endocriniens mais il aura fallu attendre une décennie pour que les autorités se réveillent. La faute le plus souvent au puissant lobbying industriel. On l’avait déjà vu à l’œuvre avec l’industrie du tabac, dès les années 50. Les industriels ont mis au point une stratégie qui consiste à contredire les faits scientifiques à travers des contre-études pseudo-scientifiques. Ils parviennent ainsi à semer le doute dans les esprits. Ils l’ont encore récemment utilisée pour nier le réchauffement climatique.

Malheureusement, les pouvoirs publics et notamment les institutions européennes se laissent encore trop souvent duper par cette manufacture du doute. Il revient alors au consomm’acteur de reprendre la main à grands coups de pétitions.

Manifeste SNPE (Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens)