Que contiennent les eaux en bouteille ?

4

Les préoccupations sur la qualité de l’eau montent en puissance chez les consommateurs qui recherchent des informations pour savoir quelle eau boire. Que contiennent vraiment les eaux en bouteille ?

Une étude récemment publiée répond à cette question. Une quarantaine de marques d’eaux en bouteille y ont participé. Menée par le laboratoire de l’université de Bordeaux et le CNRS, cette investigation scientifique, confirme l’absence de résidus polluants dans les eaux minérales. Le laboratoire de l’université de Bordeaux a été choisi car il est l’un des rares laboratoires au monde à être en capacité d’évaluer les traces de pollution au nano-gramme près. Il est donc en mesure de quantifier des traces 10 à 100 fois inférieures à celles décelées lors des protocoles habituellement utilisés.

Pas de traces de médicaments dans les eaux en bouteille

Si les eaux superficielles et une partie des nappes phréatiques sont affectées par les rejets de résidus médicamenteux, on peut aujourd’hui affirmer que les sources françaises des eaux minérales et de sources, sont totalement épargnées par ce type de pollutions.

Sur 172 types de médicaments et 11 hormones, aucune molécule, même à l’état de traces, n’a été détectée. La puissance des outils d’analyses employés, capables de détecter une trace de polluant de l’ordre du nano gramme là où les tests habituels utilisent l’échelle du micron, confirment bien l’absence de totale de résidus médicamenteux dans les eaux en bouteilles. Les sources d’eau, qui sont souvent protégées par des gisements rocheux, sont donc beaucoup moins exposées que les rivières ou certaines nappes phréatiques aux pollutions.

Pas de traces de phtalates dans les eaux de sources et minérales. Les phtalates sont des polluants issus des emballages en PVC. Les eaux en bouteille sont en réalité emballées dans un matériau en PET qui est inerte et ne contient pas de phtalates, même à l’état de traces. Les tests réalisés – d’une précision au nano-gramme – confirment qu’il n’y a aucune trace de phtalates dans les eaux commercialisées.

Seul bémol de l’étude

Les résultats font apparaître des traces infinitésimales de pesticides dans un nombre limité d’échantillon. Ces composants correspondent à des produits agricoles aujourd’hui interdits en France. Les proportions sont tout de même très faibles de 2 à 10 fois inférieures aux valeurs imposées par la réglémentation.

Sur l’ensemble des 13 000 analyses menées, les résultats de l’étude montrent par ailleurs un taux de 100% de conformité à la réglementation pour l’ensemble des polluants recherchés. Des résultats qui montrent que les gisements d’eaux de source et minérales sont particulièrement préservés des pollutions industrielles, agricoles ou pharmaceutiques. Des politiques de prévention, en partenariat avec les agriculteurs par exemple, ont aussi permis de créer des périmètres de protection efficaces qui protègent les aquifères depuis des décennies.

  • Nana

    Merci pour cet article !

  • LECOUTRE

    pouvez-vous indiquer le lien des résultats de l’étude ? Merci.

  • Sceptique marie

    Suis sceptique mais en France tout va bien dans le meilleur des mondes et le nuage radioactif de Tchernobyl s’est arrêté à la Frontière il n’avait pas ses papiers de no pollution sur lui !!

  • Pierre de la Comete

    Consofutur , On est tellement entourloupé qu’on a le droit de vous demander si vous n’êtes pas financé par les embouteilleurs ….Il est tellement facile de créer un site d’info pour faire dans l’intox. ce qui n’est peut-être pas votre cas, mais voilà, c’est comme ça. Perso, je ne vous crois pas et je ne ferai pas de pub avant d’avoir la vraie étude sous les yeux avec la preuve de son financement indépendant des marques d’eau en bouteilles.