Compteurs Linky, peut-on s’opposer ?

0
173
peut-on refuser les compteurs linky

Les compteurs Linky sont devenus pour  ENEDIS (ex-ERDF) un moyen performant et efficace pour parvenir à monitorer son réseau électrique. Cependant, pour des raisons de santé, des associations affichent clairement leur opposition à ce système. Quels sont leurs droits pour s’opposer ?

Des associations contre Linky

Elles s’appellent « Stop Linky » ou encore « Refus Linky » et incitent leurs adhérents à refuser le nouveau compteur. Elles contestent la nocivité des ondes, l’absence d’intérêt pour le consommateur ou encore l’intrusion dans les données personnelles.

Même si leur nombre tend à diminuer, les contestataires veulent faire reculer ENEDIS dans son développement de l’installation des compteurs Linky.

Les communes aussi

Plusieurs centaines de communes ont d’ores et déjà voté pour empêcher le remplacement des compteurs leur appartenant. Elles ont émis le vœu que des études complémentaires soient conduites pour vérifier l’impact de ces derniers sur la santé. Certaines ont même commandé des études complémentaires pour vérifier le côté nocif ou non de ce compteur.

Bien entendu, ces délibérations n’ont aucun fondement juridique, dans la mesure où les communes n’exercent plus la compétence. Elles l’ont en effet transférée aux syndicats intercommunaux et ne peuvent donc plus l’exercer. Un coup d’épée dans l’eau, donc.

Un particulier peut-il refuser ?

En théorie, il est possible pour les particuliers de refuser l’installation de ces compteurs. ENEDIS précise cependant qu’en 2018 il n’y aura que des compteurs Linky et tout un chacun en sera équipé.  La seule marge de manœuvre qu’il reste est donc de ne pas ouvrir sa porte au passage de l’installateur de Linky. L’association UFC Que choisir ne recommande cependant pas aux consommateurs de refuser en bloc Linky au niveau juridique. L’association souligne ainsi que si ENEDIS tolère des comportements de ce type jusqu’à présent elle n’y est pas obligée, d’un point de vue contractuel. En cas de refus, l’usager s’exposerait à des problèmes bien plus grave qu’une simple lettre recommandée de la part d’ENEDIS. La coupure de courant est une épée de Damoclès que bien peu de consommateurs sont prêts à subir.

PARTAGER SUR
Article précédentLe métro : transport de déchets en commun
Prochain articleTransition énergétique, un bilan contrasté
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.