Application Plume Labs : mesurer la pollution en temps réel

0
mesurer la pollution de l'air dans les villes

Lancée à Londres au printemps dernier, l’application Plume Labs permet de mesurer le taux de pollution dans les grandes villes grâce à des GPS et un système plutôt original.

Des capteurs sur le dos des pigeons

La start-up est lancée dans la capitale britannique, Plume Labs utilise des pigeons géolocalisés pour mesurer le taux de pollution dans la ville. Ils sont ainsi à l’origine de ce que l’on appelle depuis peu la « Pigeons Air Patrol », des équipes constituées de pigeons lâchés en pleine ville.  Dotés de petits capteurs, ils peuvent ainsi mesurer différents niveaux d’ozone, de CO2 mais aussi de COV dans la ville de Londres. Il est ainsi possible de suivre la progression de plus de 12 pigeons en temps réel dans différentes zones de la capitale.

Comprendre la pollution

Le principal objectif est de comprendre en détail la pollution de l’air en ville. L’équipe analysera les premières données afin de cartographier les zones où il y a les plus forts polluants. Les moniteurs personnels que sont les pigeons et les utilisateurs volontaires permettent de mieux comprendre la manière dont la pollution fonctionne en ville comme l’explique un chercheur du centre de politique environnementale de Londres.

L’Open Data

Un des objectifs est de mettre en avant l’open data en proposant une carte de la pollution dans le monde basée sur des prévisions mathématiques. Ce que l’on appelle l’open data permettra d’y voir plus clair sur la pollution dans le monde en ciblant les zone les plus touchées et en agissant en conséquence. Les données sont ainsi collectées dans plus de 10 000 stations de mesure réparties dans les villes du monde entier.

Pour l’utilisateur, l’application offre des recommandations en termes de pollution de l’air en temps réel. Les personnes qui souffrent d’asthme ou d’insuffisance respiratoire.

Les créateurs de Plume l’attestent : l’application va devenir un must sur le web. Elle a été téléchargée plus de 100.000 fois dans plus de 40 pays et 300 villes du monde. L’idée née après le simple constat que le nombre de capteurs environnementaux dans la ville de Londres étaient légers est en passe de devenir l’une des meilleures du monde.

PARTAGER SUR
Article précédentDes pistes cyclables rétroéclairées en Pologne
Prochain articleRéduire sa facture grâce à un système de chauffage au bois
Marie-France
Rédactrice de formation, Marie-France est devenue blog-addict depuis 2010. Elle se passionne pour tous les sujets de société et de développement personnel. Elle met ses compétences et son expérience au service de ConsoFutur pour faire avancer la vie vers un monde plus responsable et plus durable.